Washington tranche sur son attitude militaire vis-à-vis de Damas

Les Etats-Unis n'ont pas l'intention de se battre en Syrie contre les troupes gouvernementales ou leurs alliés, mais ils sont toutefois prêts à recourir à la force afin de protéger leurs troupes et leurs partenaires luttant contre Daech, a déclaré le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson.

Les Etats-Unis ne cherchent pas à faire face au gouvernement syrien ou à ses partenaires mais n'hésiteront pas à défendre les forces de la coalition luttant contre Daech, a annoncé lundi le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson lors d'une audience au Comité sénatorial des relations étrangères sur l'autorisation d'utiliser la force militaire.

«Les Etats-Unis ne cherchent pas à combattre le gouvernement syrien ou les forces gouvernementales pro-syriennes», a dit M.Tillerson.

«Cependant, les Etats-Unis n'hésiteront pas à utiliser la force nécessaire et proportionnée pour défendre les forces américaines, de la coalition ou des partenaires engagées dans la campagne contre Daech», a-t-il poursuivi.

Armes américaines (image d'illustration) - Sputnik Afrique
«Ce moment gênant» quand les USA disent pouvoir contrôler les armes livrées en Syrie
Raqqa, l'ancienne capitale autoproclamée du mouvement djihadiste, a été récemment reprise par les combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de milices arabes et kurdes appuyée par la coalition dirigée par les États-Unis. Qualifiant d'«historique» la reprise de Raqqa, l'administration américaine s'est félicitée de cette victoire.

Pourtant, ces propos ont rendu «perplexe» le ministère russe de la Défense, qui a comparé cette ville complètement détruite par les frappes de la coalition à la ville allemande de Dresde, «rayée de la carte en 1945 par les bombardements anglo-saxons».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала