Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Moscou pose les conditions à la poursuite de l'enquête sur les armes chimiques en Syrie

© Sputnik . Mikhail VoskressenskyArmes chimiques
Armes chimiques - Sputnik France
S'abonner
Moscou souhaite que le mandat de la mission conjointe de l'Onu et de l'OIAC soit prorogé et prévoit de soumettre son propre projet de résolution au Conseil de sécurité, mais estime néanmoins que le mécanisme doit fonctionner autrement, a déclaré ce jeudi le ministère russe des Affaires étrangères.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov - Sputnik France
Libérer le mécanisme Onu-OIAC du «diktat américain» pour connaître la vérité en Syrie
La Russie préconise la prolongation du mandat du Mécanisme d'enquête conjoint de l'Onu et de l'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques) sur les armes chimiques en Syrie, tout en soulignant qu'il doit fonctionner autrement, a indiqué ce jeudi Mikhaïl Oulianov, directeur du département de la non-prolifération et du contrôle des armements au ministère des Affaires étrangères.

«Nous sommes sans doute pour la prorogation [du mandat de la mission, ndlr] parce que le fait même de l'emploi de substances chimiques en Syrie en qualité d'armes est un phénomène absolument inadmissible pour nous, comme, je l'espère, pour nombre de nos partenaires au sein du Conseil de sécurité. Toutefois, le Mécanisme doit commencer à fonctionner réellement et non pas comme aujourd'hui», a-t-il noté.

Il a précisé que la Russie soumettrait au Conseil de sécurité son propre projet de résolution et a exprimé l'espoir qu'il serait soutenu.

«Ce projet de résolution sera soumis et nous comptons sur le soutien de tous ceux qui ont insisté jusqu'ici sur l'importance de prolonger le mandat. Nous invitons tous les membres du Conseil de sécurité à coopérer à son élaboration s'ils envisagent sérieusement de proroger le mandat et non de le maintenir tel quel, lorsqu'il est impuissant», a-t-il fait remarquer.

Le Mécanisme conjoint d'enquête Onu-OIAC avait précédemment présenté au Conseil de Sécurité des Nations unies un rapport sur les attaques chimiques à Khan Cheikhoun, le 4 avril 2017, et à Um Hosh, les 15 et 16 septembre 2016. Selon les experts, les Forces gouvernementales ont utilisé à Khan Cheikhoun du gaz sarin tandis que lors de l'attaque à Um Hosh les terroristes de Daech ont employé du gaz moutarde.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала