Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le Hezbollah accuse l’Arabie saoudite d'avoir contraint Hariri à la démission

© AP Photo / Hussein MallaSaad Hariri
Saad Hariri - Sputnik France
S'abonner
L’Arabie saoudite a contraint le Premier ministre libanais Saad Hariri à la démission, estime le leader du mouvement chiite Hezbollah, Hassan Nasrallah.

Dans son discours retransmis sur les stations de télévision libanaise, le secrétaire général du mouvement chiite Hezbollah Hassan Nasrallah a déclaré que la démission surprise du Premier ministre libanais lui avait été imposée par Riyad.

«Il est clair que la démission était une décision saoudienne qui a été imposée au Premier ministre Hariri. Ce n'était ni son intention, ni sa volonté, ni sa décision», a-t-il dit.

Hassan Nasrallah s'est interrogé également sur les conditions dans lesquelles Saad Hariri avait pris cette décision:

«Est-il assigné à résidence? Va-t-on le laisser retourner [au Liban, ndlr]? Ce sont des inquiétudes légitimes», a-t-il déclaré.

Saad Hariri avait annoncé samedi depuis l'Arabie saoudite sa démission du poste de chef du gouvernement libanais et avait affirmé avoir peur d'être assassiné. Il a en outre critiqué le mouvement chiite libanais Hezbollah et a accusé l'Iran de chercher à «détruire le monde arabe».

Saad Hariri - Sputnik France
Les forces de sécurité du Liban au courant d'aucune tentative d'attentat contre Hariri
La chaîne de télévision Al-Arabiya, se référant à ses propres sources, a ensuite déclaré que Saad Hariri avait échappé à un attentat opportunément déjoué. D'après les interlocuteurs du média, c'est à Beyrouth que les malfaiteurs planifiaient de commettre leur acte criminel. Cependant le commandement de l'armée libanaise a déclaré de n'avoir trouvé aucune piste concernant des attentats préparés contre Saad Hariri.

Suite à cette décision surprise de Saad Hariri, le député libanais Boutros Harb a estimé que sa démission pouvait être révélatrice d'une crise de l'État.

Cependant, dans son discours, Hassan Nasrallah a appelé au «calme, à la patience et à attendre que les raisons (de la démission) se clarifient».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала