Présence des troupes turques dans le nord de la Syrie: Damas promet une réaction

© AP PhotoAprès le Bouclier de l'Euphrate, la Turquie prête à une nouvelle opération en Syrie
Après le Bouclier de l'Euphrate, la Turquie prête à une nouvelle opération en Syrie - Sputnik France
Intervenant devant les médias, la conseillère politique de Bachar el-Assad a fustigé la coalition internationale dirigée par les États-Unis et Ankara, promettant de répondre à cette dernière pour la violation de sa souveraineté.

La présence de l’armée turque dans le nord de la Syrie est une agression et une réaction appropriée de Damas interviendra, a déclaré aux journalistes Boussaïna Chaaban, conseillère du Président syrien Bachar el-Assad.

«Nous considérons que la présence des forces turques sur le sol syrien est illégale. […] Nous agirons d’une manière appropriée à un moment approprié», a-t-elle lancé.

Et de souligner que le comportement d’Ankara dans le nord du pays sortait du cadre des ententes parachevées à Astana, au Kazakhstan.

Mme Chaaban a en outre ajouté que la coalition internationale dirigée par les États-Unis avait complètement détruit la ville de Raqqa en violation des résolutions de l’Onu et ce sous silence des médias internationaux.

Bachar el-Assad - Sputnik France
Assad: «Les victoires qui ont commencé à Alep ne s’arrêteront pas à Deir ez-Zor»
Moscou, Ankara et Téhéran se sont mis d'accord début mai à Astana, au Kazakhstan, pour créer quatre zones de désescalade sur le territoire syrien. À l'heure actuelle, trois zones de désescalade existent en Syrie: une au nord de la ville de Homs, la deuxième à la Ghouta orientale (près de Damas) et la troisième à la frontière entre la Syrie et la Jordanie. La quatrième zone doit voir le jour dans le nord d'Idlib.

En octobre, les militaires turcs, qui avaient d’abord massé leurs armements à la frontière avec la Syrie sont entrés dans le gouvernorat syrien d’Idlib. Rappelons qu’Ankara avait déjà mené entre août 2016 et mars 2017 l'opération Bouclier de l'Euphrate dans le nord de la Syrie sans l'aval des autorités syriennes. Damas avait alors considéré cette offensive comme une violation de sa souveraineté.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала