Blocus quasi-total du Yémen : toujours plus de centres médicaux menacés de fermeture

© AFP 2022 AHMAD AL-BASHAA Yemeni boy checks the damage following a mortar shell attack on the country's flashpoint southern city of Taez on February 3, 2016, as clashes between fighters from the Popular Resistance Committees, loyal to Yemen's fugitive President and Shiite Huthi rebels continue.
A Yemeni boy checks the damage following a mortar shell attack on the country's flashpoint southern city of Taez on February 3, 2016, as clashes between fighters from the Popular Resistance Committees, loyal to Yemen's fugitive President and Shiite Huthi rebels continue. - Sputnik France
La coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite soumet à un blocus toujours plus dur son voisin yéménite. Le conseil de sécurité de l’Onu s’inquiète de nouveau de la dégradation de la situation humanitaire alors que de plus en plus de centres médicaux n’ont plus la possibilité d’aider la population.

La levée partielle dans le port d'Aden le 8 novembre du blocus total que la coalition arabe emmenée par l'Arabie saoudite a imposé au Yémen au lendemain de l'attaque de l'aéroport international de Riyad n'évitera pas aux établissements médicaux qui ne reçoivent plus d'aide humanitaire et n'ont plus les moyens de s'approvisionner en essence de fermer leurs portes.

A foreign ship with a load of commercial goods docked in the southern Yemeni port city of Aden - Sputnik France
La coalition arabe lève le blocus du plus grand port du Yémen
Lors du point de presse qu'il tient quotidiennement, Stéphane Dujarric, porte-parole du Sécrétaire général de l'Onu, insistait hier sur le fait que:

« Aujourd'hui marque le cinquième jour du blocus total imposé au Yémen par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite. Depuis dimanche, la coalition n'a rendu possible aucun mouvement humanitaire entrant ou sortant du Yémen ni pour les fournitures de secours, ni pour le personnel humanitaire. »

Le même jour, lors d'une réunion à huis clos, les quinze membres du Conseil de Sécurité de l'organisation se seraient dits inquiets devant « la situation humanitaire catastrophique au Yémen » que la famine et le choléra ont ravagé.

La situation au Yémen - Sputnik France
Le monde pourrait faire face à la «pire famine» des dernières décennies, prévient l’Onu
Dans la mesure où, comme le rappelait M. Dujarric, « des stations d'épuration d'eau sont affectées », la pandémie de choléra risque de prendre une plus grande ampleur encore.

La guerre au Yémen oppose depuis 2014 les rebelles chiites houthis, alliés aux partisans de l'ancien Président Ali Abdallah Saleh, aux forces loyales au Président Abdrabbo Mansour Hadi, reconnu par la communauté internationale.

Le conflit s'est intensifié depuis l'intervention en mars 2015 d'une coalition arabe menée par l'Arabie saoudite, puissance régionale sunnite, soutenant le Président Hadi.

L'Arabie accuse les rebelles yéménites houthis d'être soutenus par l'Iran, son grand rival chiite.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала