Possible revers pour le F-35 au Danemark, un audit lancé

© AFP 2022 Laura BuckmanF-35
F-35 - Sputnik France
Répondant à une demande d’audit formulée par le ministère danois de la Défense, les experts de l'agence publique Rigsrevisionen estiment que le prix du chasseur F-35A de cinquième génération serait artificiellement surestimé.

F-35 - Sputnik France
Confronté au Su-35 russe, le F-35 américain éviterait-il de combattre?
L'agence publique d'audit Rigsrevisionen, sur consigne du ministère danois de la Défense, se penchera sur les données concernant l'achat de chasseurs F-35 pour l'armée de l'air royale danoise, souligne l'hebdomadaire Defence News. En juin 2016, le gouvernement du Danemark a décidé d'acheter 27 avions F-35A dans un contrat cadre d'une valeur totale de 3,1 milliards de dollars.

Le F-35A devrait remplacer l'avion de chasse F-16, acheté dans les années 1980. Or, sur les 44 chasseurs achetés, seuls 29 appareils sont actuellement en état opérationnel.

Il est à noter que le ministère danois de la Défense n'a pas encore fourni le principal document pour justifier de l'achat de ces onéreux avions de combat américains. Selon certains experts danois, les chasseurs F-16 seraient plus adaptés à la protection de l'espace aérien national.

A Dassault Aviation Rafale jet performs a flight display on the last day of the International Paris Air Show on June 25, 2017 at Le Bourget Airport, near Paris. - Sputnik France
Avions de combat: le Rafale ou le F-35, la Belgique doit choisir
En mars dernier, la Belgique a annoncé vouloir acquérir 34 nouveaux avions de combat afin de remplacer, entre 2023 et 2028, ses 54 avions de combat F-16 américains vieillissants et a lancé un appel d'offres dans cette optique. Un appel d'offres qui semble ne pas avoir plu à tout le monde.

Des cinq prétendants déclarés, le français Dassault Aviation (Rafale), le britannique BAE Systems dans le cadre du consortium Eurofighter (Typhoon), le suédois Saab (Gripen) et les américains Boeing (F-18) et Lockheed Martin (F-35), Saab, Boeing ainsi que Dassault Aviation se sont désistés. Selon le quotidien L'Opinion, Paris a jugé que cet appel d'offres avait été rédigé de manière à «privilégier le F-35 américain» et a donc retiré le Rafale de la compétition.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала