Le Premier ministre libanais Hariri se rendra-t-il finalement en France ?

© AP Photo / Hassan AmmarPortrait de Saad Hariri
Portrait de Saad Hariri - Sputnik France
Suite à sa démission inattendue, le Premier ministre libanais a été invité à se rendre en France par Emmanuel Macron et a accepté l’invitation, selon Paris. En attendant, le chef du Hezbollah accuse Riyad d'avoir contraint M. Hariri à la démission, et le Président libanais se dit «inquiet» quant au sort de M. Hariri.

Panorama de Riyad - Sputnik France
Aux yeux de l'Arabie saoudite, le Liban lui a déclaré la guerre
Le Premier ministre libanais démissionnaire, Saad Hariri, «a accepté l'invitation» du Président français Emmanuel Macron à se rendre en France, mais la date de sa venue n'a pas encore été fixée, a déclaré jeudi à Ryad le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

L'homme fort d'Arabie saoudite, le prince héritier Mohammed ben Salmane, en a été informé, a précisé M. Le Drian devant la presse, alors que les autorités libanaises accusent le royaume saoudien de retenir M. Hariri contre son gré, relate l'AFP.

«M. Hariri a accepté l'invitation du président de la République à se rendre en France», a dit M. Le Drian: «Il va venir en France et le prince (ben Salmane) en a été informé».

Interrogé sur la date de la venue du dirigeant libanais en France, le ministre français a déclaré sans autre précision: «l'agenda de M. Hariri appartient à M. Hariri».

Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah - Sputnik France
Hezbollah: l’Arabie saoudite a demandé à Israël d’attaquer le Liban
Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a annoncé sa démission à la télévision le 4 novembre, alors qu'il se trouvait en visite de travail à Riyad. M.Hariri a affirmé que sa vie était «menacée» et a expliqué son départ par «l'ingérence de l'Iran et de ses complices, dont le Hezbollah, dans les affaires intérieures du Liban». Il a réaffirmé mercredi 15 novembre sur Twitter qu'il allait bien et regagnerait son pays dans les prochains jours.

Pourtant, le Président libanais, Michel Aoun, a accusé mercredi l'Arabie saoudite de retenir son Premier ministre, Saad Hariri, en otage. Le dirigeant du mouvement Hezbollah a exprimé la même opinion déclarant que «le chef du gouvernement libanais était détenu en Arabie saoudite, on lui interdisait jusqu'à ce moment de rentrer au Liban.»

Suite au déclenchement de la crise, le Premier-ministre libanais a été invité par Emmanuel Macron à venir en France avec sa famille.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала