Les Tatars de Crimée sont prêts à parler à l’Onu du respect de leurs droits

© Sputnik . Konstantin Chalabov / Aller dans la banque de photosCrimean Tatars perform ethnic dances during a wedding at the Khansarai Khans' Palace, part of the Bakhchisarai Historical Cultural Reserve in the southern Crimea
Crimean Tatars perform ethnic dances during a wedding at the Khansarai Khans' Palace, part of the Bakhchisarai Historical Cultural Reserve in the southern Crimea - Sputnik France
Les Tatars de Crimée sont prêts à expliquer à l’Onu la réelle situation avec leurs droits dans la péninsule, a déclaré le chef de l’organisation des Tatars de Crimée Inkichaf en réponse au projet de résolution ukrainienne à ce sujet.

Construction du pont de Crimée - Sputnik France
Un député russe invite des inspecteurs américains en Crimée pour une visite... virtuelle
Les Tatars de Crimée sont prêts à aller à l'Onu pour raconter la réelle situation dans la péninsule à la communauté internationale, a déclaré le chef de l'organisation des Tatars de Crimée Inkichaf, Eskender Bilialov, dans le contexte du dépôt du projet de résolution ukrainienne concernant la situation des droits de l'homme en Crimée à l'Assemblée générale de l'Onu.

Le document adopté le 14 novembre par la troisième commission de l'Assemblée générale qui traite des questions sociales, liées aux affaires humanitaires ou aux droits de l'homme, formule à la partie russe certaines recommandations relatives à la situation concernant les droits de l'homme et les minorités ethniques dans la péninsule.

«Je suis prêt à aller à l'Onu ou n'importe où pour dire la vérité à propos de ce qui se passe en Crimée», a déclaré M.Bilialov.

Cela étant, il a proposé d'organiser une série de visioconférences où des représentants des peuples de la Crimée pourraient faire savoir à la communauté internationale la vérité sur la réelle situation dans la péninsule et sur les conditions créées pour leur développement.

Vice-Premier ministre criméen: la Crimée coopère économiquement avec plus de 60 pays - Sputnik France
Les politiciens serbes sur les différences entre les cas du Kosovo et de la Crimée
Le projet de résolution ukrainienne sur des violations des droits de l'homme et des discriminations à l'égard de la population locale a été préparé par 40 pays, dont les États-Unis, le Royaume Uni, la France, l'Allemagne et les pays baltes. Il a été soutenu par 71 États, 25 se sont prononcés contre et 77 se sont abstenus.

Les Tatars de Crimée sont un des groupes ethniques habitant en Crimée. Il compte plus de 200.000 personnes soit 12% de la population. Leur langue est une de trois langues officielles de la Crimée avec le russe et l'ukrainien.

La Crimée et la ville de Sébastopol sont redevenues russes à l'issue d'un référendum tenu en mars 2014 dans le sillage de la crise politique en Ukraine consécutive au renversement du Président Viktor Ianoukovitch. Lors du scrutin, dont les résultats ne sont pas reconnus par Kiev et ses partenaires occidentaux, plus de 96% des votants se sont prononcés en faveur de la réunification avec la Russie.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала