Le chef du Hezbollah se dit ouvert «à tout dialogue» et attendre le retour de Hariri

© REUTERS / Khalil HassanLebanon's Hezbollah leader Sayyed Hassan Nasrallah addresses his supporters during a rare public appearance at an Ashoura ceremony in Beirut's southern suburbs November 3, 2014
Lebanon's Hezbollah leader Sayyed Hassan Nasrallah addresses his supporters during a rare public appearance at an Ashoura ceremony in Beirut's southern suburbs November 3, 2014 - Sputnik France
Le lendemain du jour où la Ligue arabe a formulé des accusations à l’encontre du mouvement chiite libanais Hezbollah, son chef, Hassan Nasrallah, les a niées en bloc et a déclaré attendre le retour de Saad Hariri au Liban en étant «ouvert à tout dialogue».

Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah - Sputnik France
Hezbollah: l’Arabie saoudite a demandé à Israël d’attaquer le Liban
Dans son allocution télévisée, Hassan Nasrallah a évoqué lundi l'épineuse question de la démission du Premier ministre libanais Saad Hariri, déclarant attendre son retour et être prêt en outre à tout dialogue.

«Nous sommes ouvert à tout dialogue, toute discussion dans le pays», a souligné Hassan Nasrallah.

Rappelons que Saad Hariri, qui se trouve actuellement en France à l'invitation du Président de la République, avait justifié sa démission en évoquant des menaces de mort proférées contre lui et de «mainmise» par le «Hezbollah et son allié l'Iran» sur le Liban. Or, M.Hariri a laissé entendre qu'il serait prêt à reconsidérer sa décision si le Hezbollah revenait ses prétendus engagements dans les conflits régionaux.

Le Hezbollah rejette les accusations de la Ligue arabe

Répondant aux accusations de Ligue arabe, Hassan Nasrallah a en outre nié toute responsabilité de son mouvement dans le tir, le 4 novembre dernier, d'un missile balistique depuis le Yémen sur l'aéroport international de Riyad, revendiqué par les rebelles chiites Houthis.

«Je nie catégoriquement le lien de tout homme du Hezbollah avec le tir de ce missile», a-t-il lancé.

Il a également nié toute implication de son mouvement dans la livraison d'armes au Yémen, au Bahreïn déclarant que «nous n'avons jamais envoyé d'armes au Yémen, au Bahreïn ou au Koweït, nous n'avons jamais envoyé d'armes vers aucun pays arabe».

US Air Force F-15E Strike Eagles - Sputnik France
Le Hezbollah accuse les USA d'utiliser l'armée de l'air pour protéger Daech
Réunie d'urgence dimanche au Caire, la Ligue arabe a discuté de l'ingérence de l'Iran dans les affaires des pays de la région. Dans leur déclaration finale, les chefs de la diplomatie ont qualifié le mouvement chiite libanais Hezbollah d'organisation terroriste, lui faisant porter «la responsabilité de fournir aux groupes terroristes dans les pays arabes des armes sophistiquées et des missiles balistiques».

Les tensions autour de l'Iran et du Hezbollah se sont accrues depuis le début du mois de novembre, plus précisément depuis le 4 novembre — date à laquelle Saad Hariri a annoncé sa démission depuis l'Arabie saoudite et Riyad a intercepté un missile balistique lancé par des rebelles houthis vers son territoire. Après ce dernier incident, le royaume saoudien a désigné l'Iran et le Hzebollah comme les «complices» des rebelles yéménites, allégation que les deux parties ont rejetée.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала