Le SPD dit définitivement «nein» à une coalition avec Merkel

© AP Photo / Markus SchreiberSPD-Zentrale zu ersten Bundestagswahl-Schätzungen
SPD-Zentrale zu ersten Bundestagswahl-Schätzungen - Sputnik France
Le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) a décidé lundi de ne pas prendre part aux négociations avec le bloc conservateur dirigé par Angela Merkel concernant la formation d'une grande coalition.

Les sociaux-démocrates du SPD, qui ont gouverné entre 2013 et 2017 avec le bloc chrétien-démocrate d'Angela Merkel dans le cadre d'une grande coalition, ont réaffirmé lundi leur refus de réitérer l'expérience.

«Compte tenu des résultats des élections du 24 septembre, nous ne sommes pas disponibles pour entrer dans une grande coalition», stipule un projet de résolution préparé pour une réunion de l'exécutif du parti, cité par Reuters.

German Foreign Minister Frank-Walter Steinmeier - Sputnik France
L’échec de la coalition enfonce l’Allemagne dans sa crise «la plus grave depuis 70 ans»

Cette prise de position a été confirmé par le président du SPD, Martin Schulz.

« Nous ne craignons toujours pas de nouvelles élections», a-t-il déclaré.

Macron et Merkel - Sputnik France
Quand Macron pourrait donner des leçons d’«en même temps» à Merkel
Lundi soir, le Parti libéral-démocrate (FDP) a quitté la table des négociations menées depuis plusieurs semaines pour former une coalition parlementaire. Si ces pourparlers avaient abouti, la coalition « Jamaïque », qui aurait rassemblé la CDU/CSU, les FDP et les écologistes, aurait détenu 393 des 709 sièges au Bundestag (55%). Mais, après le refus des libéraux d'y prendre part, cette coalition n'aurait pas de majorité, rassemblant seulement 44% des sièges. Quant au SPD, il avait précédemment exclu la possibilité de participer à la «grande coalition» avec la CDU / CSU, qui aurait pu créer avec lui un gouvernement majoritaire (399 sièges, soit 56%).

Si les pourparlers sur la formation d'une coalition échouent totalement, deux options restent envisageables: soit celle d'un gouvernement minoritaire, le premier dans l'histoire de l'Allemagne, soit l'organisation de nouvelles élections, qui n'ont jamais eu lieu dans un laps de temps aussi court après la tenue d'un scrutin législatif.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала