Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Armes chimiques: le mécanisme OIAC-Onu est «mort», Moscou ouvert à une nouvelle initiative

© REUTERS / Ammar AbdullahA civil defence member breathes through an oxygen mask, after what rescue workers described as a suspected gas attack in the town of Khan Sheikhoun in rebel-held Idlib
A civil defence member breathes through an oxygen mask, after what rescue workers described as a suspected gas attack in the town of Khan Sheikhoun in rebel-held Idlib - Sputnik France
S'abonner
Commentant les consultations au Conseil de sécurité de l’Onu sur le mécanisme conjoint OIAC-Onu, le représentant permanant de Russie à l’Onu a déclaré qu’il était désuet et a souligné que Moscou était prêt à discuter d’un substitut.

Jugeant que la mission d’enquête conjointe OIAC-Onu sur les armes chimiques en Syrie s’est discréditée, Moscou est prêt à discuter d’un nouveau mécanisme, a déclaré le représentant permanent de Russie auprès de l’Onu Vassili Nebenzya.

«Le mécanisme d'enquête conjoint OIAC-Onu est mort», a-t-il lancé, répondant aux questions des journalistes sur la possibilité de la reprise des activités de la commission d’enquête dont les pouvoirs ont expiré le 18 novembre.

«Le mécanisme s’est complètement discrédité et ne peut plus continuer à fonctionner sous sa forme actuelle. Nous sommes prêts à discuter de la mise en place d’un nouveau mécanisme qui le remplacera et travaillera d’une manière objective, équitable et professionnelle», a souligné M.Nebenzya, à l’issue d’une rencontre à huis clos du Conseil de sécurité de l’Onu dédiée aux consultations sur le travail du mécanisme conjoint.

Damas - Sputnik France
Moscou révèle qui a «tué» le mécanisme OIAC-Onu sur les armes chimiques en Syrie
Le mécanisme conjoint a été mis en place en août 2015 et avait pour mission d’établir les coupables d’attaques chimiques en Syrie. Pendant son fonctionnement, il a émis sept rapports dans lesquels le gouvernement syrien était cité comme responsable de quatre attaques chimiques perpétrées en Syrie.

Vendredi 17 novembre, la Russie a apposé son veto au projet de résolution du Japon portant sur une prorogation technique de 30 jours du mandat du Mécanisme d'enquête conjoint. La veille, Moscou avait bloqué un autre texte, déposé par les États-Unis, sur lequel les consultations n'ont pas abouti.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала