Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Paléotonlogie: les momies des deux lionceaux des cavernes livrent peu à peu leurs secrets

CC0 / Pixabay / lionceaux, image d`illustration
lionceaux, image d`illustration - Sputnik France
S'abonner
Les résultats de nouvelles analyses menées par une équipe internationale de scientifiques sur les cadavres des deux lionceaux des cavernes découverts en 2015 près du lit de la rivière sibérienne Uyandina ont été récemment rendus publics.

La rivière Uyandina, qui coule dans la République de Sakha (Yakoutie), a donné son nom aux lionceaux des cavernes (Panthera leo spelaea) dont les momies ont été découvertes dans un parfait état de conservation durant l'été 2015 par une équipe de paléotonlogues russes partie en expédition sur ses rives pour collecter des restes de mammouths .

Les premières analyses faites durant l'automne 2015 avaient permis d'établir que Uyan et Dina, longs d'une quarantaine de centimètres chacun, étaient morts en très bas âge dans l'effondrement du sol de la caverne où ils se trouvaient il y a plus de 12.000 ans. 

Un lionceau (image d'illustration) - Sputnik France
Un lionceau des cavernes, mort il y a environ 50.000 ans, découvert en Yakoutie
Les analyses complémentaires menées depuis au Japon, aux Etats-Unis et en Allemagne ont permis de préciser que les félins étaient morts à l'âge d'un ou deux jours, certainement de faim, il y a environ 55.000 ans. Comme l'indique le professeur de paléotonlogie Albert Protopopov, membre de l'Académie des Sciences de la République de Sakha.

« La tomographie réalisée par les Japonais a mis en évidence que leurs estomacs étaient vides. Ils n'eurent même pas le temps de goûter le lait de leur mère ».

Cette constatation autorise à conclure que leur mère mourut avant eux ou les abandonna à la naissance.

Le permafrost de la Yakoutie a récemment livré aux paléotolongues un troisième spécimen de lionceau des cavernes mort entre — 50.000 et — 20.000 ans. Ces trois découvertes rarissimes tant par l'âge des animaux que par leur exceptionnel état de conservation laissent entrevoir la possibilité d'un clonage qui permettrait de ressusciter l'espèce des lions des cavernes qui s'éteignit il y a environ 10.000 ans.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала