Le vice-président américain, désormais persona non grata en Palestine ?

Mike Pence, qui entend se rendre en Israël en décembre, ne sera pas accueilli par les autorités palestiniennes qui condamnent la décision de Donald Trump sur Jérusalem, a fait savoir le représentant du Fatah.

Les autorités palestiniennes refusent d'organiser une rencontre avec le vice-président américain Mike Pence en signe de protestation contre la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël par les États-Unis, a déclaré un représentant du Fatah, Jibril Rajoub, cité par l'agence Maan.

Le ministre irakien des Affaires étrangère, Ibrahim al-Jaafari - Sputnik France
Jérusalem: l’ambassadeur des USA convoqué au ministère des Affaires étrangères irakien
Le déplacement de M. Pence en Israël, qui serait accompagné d'une visite des territoires palestiniens, est prévu pour décembre.

«Nous n'allons pas accueillir le vice-président américain dans les territoires palestiniens en réponse à la reconnaissance de Jérusalem occupé comme capitale d'Israël», a déclaré M. Rajoub, membre du Comité central du Fatah.

Les Palestiniens protestent contre la déclaration de Donald Trump qui a reconnu mercredi Jérusalem comme capitale d'Israël et a annoncé le transfert de l'ambassade américain de Tel-Aviv à Jérusalem.

Israël considère Jérusalem, y compris les quartiers est et le centre historique de la ville, comme étant sa capitale «une et indivisible». La communauté internationale ne reconnaît pas son annexion par Israël, en considérant le statut de cette ville comme un problème-clé du conflit au Proche-Orient qui doit être résolu sur la base d'un accord avec les Palestiniens, réclamant la souveraineté sur Jérusalem-est. Les États-Unis, qui jusqu'à présent partageaient cette position, ont reconnu mercredi Jérusalem comme capitale d'Israël.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала