Washington, Tokyo et Séoul s'exercent à traquer des missiles nord-coréens

Face à la menace balistique émanant de la Corée du Nord, les USA et leurs alliés régionaux ont procédé à de nouveaux exercices visant à repérer et identifier les missiles.

US soldiers stand guard near a US F-22 stealth fighter at the Osan Air Base in Pyeongtaek, south of Seoul, on February 17, 2016. - Sputnik France
Séoul précise l'objectif des exercices conjoints Vigilant ACE
Sur fond de tensions incessantes avec Pyongyang, les États-Unis, le Japon et la Corée du Sud ont entamé lundi des manœuvres de repérage de missiles, ont annoncé les responsables militaires nippons et sud-coréens cités par Reuters.

Selon la Force maritime d'autodéfense japonaise, il s'agit du sixième exercice de partage d'informations sur le repérage des missiles balistiques entre les trois pays.

Les manœuvres de lundi ont impliqué deux destroyers américains, ainsi qu'un navire militaire japonais et un sud-coréen, rapporte la chaîne de télévision NBC News.

F-22 Raptor - Sputnik France
Vigilant Ace: l'Air Force US encaisse sa première perte
Le 29 novembre dernier, la Corée du Nord a lancé un missile balistique intercontinental, le Hwasong-15, présenté par Pyongyang comme son ICBM le plus avancé et capable d'atteindre n'importe quel endroit de la partie continentale des USA.

Dimanche, l'ambassadrice américaine à l'Onu Nikki Haley a déclaré que la Corée du Nord avait «dépassé les limites» et que les États-Unis n'avaient pas l'intention de tolérer cette situation.

Pour sa part, le Japon a annoncé qu'elle souhaitait étudier la possibilité d'implanter sur son territoire des systèmes antimissiles américains Aegis Ashore pour contrer la menace nord-coréenne.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала