Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Une nouvelle méthode pour sécuriser les réacteurs nucléaires testée en Russie

© Sputnik . Ruslan Krivobok / Aller dans la banque de photosNuclear power reactor fuel assembly at the Novosibirsk Chemical Concentrate Works
Nuclear power reactor fuel assembly at the Novosibirsk Chemical Concentrate Works - Sputnik France
S'abonner
L’Institut d'ingénierie physique de Moscou (MEPhI) a mis au point et testé une nouvelle méthode de contrôle de l’état des réacteurs nucléaires permettant de prévoir l’apparition de défauts, a déclaré à Sputnik le porte-parole de l’Institut.

Un réacteur nucléaire - Sputnik France
Un nouveau moyen de lancer une fusion nucléaire proposé par un physicien russe
L'Institut d'ingénierie physique de Moscou (MEPhI) a élaboré une nouvelle méthode permettant de prévoir l'apparition de défauts dans la structure des matériaux de construction des réacteurs nucléaires. Elle a été testée avec succès à l'Institut russe unifié de recherches nucléaires de Doubna, a annoncé à Sputnik le porte-parole du MEPhI.

La méthode mise au point est une méthode électrophysique de contrôle non destructif, appelée potentiométrie de contact à balayage. Elle permet de procéder à un diagnostic de l'état des matériaux de construction des réacteurs nucléaires dans des conditions proches de celles de l'exploitation en conditions réelles et garantit la fiabilité des résultats.

Wendelstein 7-X - Sputnik France
Les scientifiques allemands effectueront une expérience de fusion nucléaire
Un des avantages de cette nouvelle méthode réside dans la très petite taille, de 1-2 millimètres, des capteurs du système de mesure qui permet de les disposer dans des endroits difficilement accessibles, par exemple sur les joints de soudure. Par ailleurs, il devient possible de détecter l'apparition et le développement ultérieur de fissures et d'autres défauts des matériaux de construction des réacteurs.

«Lors des tests, nous avons détecté la présence d'une fissure par fatigue dans l'acier du réacteur de 100 micromètres environ à une profondeur de 2 millimètres et ce trois heures avant que l'échantillon ne soit détruit», a souligné Abu Gazal Aiman Ahed, le doctorant de l'Institut qui a procédé à cet essai.

Selon le chef du laboratoire Vitaly Sourine, cette nouvelle méthode suscite déjà l'intérêt d'entreprises de l'industrie nucléaire. Pour l'heure, le MEPhI prépare le dossier d'obtention du brevet international.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала