Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Armes chimiques: Moscou évoque la question d’une éventuelle dissimulation par Damas

© Sputnik . Maxim BlinovMinistère russe des Affaires étrangères
Ministère russe des Affaires étrangères - Sputnik France
S'abonner
Il n'existe aucune preuve de dissimulation d'armes chimiques par Damas et en cas de doute, il faut organiser des inspections au lieu de formuler des accusations, a déclaré ce lundi à Sputnik un responsable du ministère russe des Affaires étrangères.

Rien ne prouve que les autorités syriennes aient caché des armes chimiques. Si quelqu'un a des doutes, il est impératif de lancer des inspections au lieu d'avancer des accusations gratuites, a déclaré ce lundi à Sputnik Mikhaïl Oulianov, directeur du Département de non-prolifération et de contrôle des armements du ministère russe des Affaires étrangères.

«Le document [la Convention sur l'interdiction des armes chimiques, CIAC, ndlr] a été élaboré dans un contexte d'hostilités. Par conséquent, il n'est pas étonnant que des questions aient surgi avec le temps au sujet de son exhaustivité. Il n'y a rien d'extraordinaire à cela. Je rappelle que plusieurs pays qui se sont joints à la Convention par temps de paix ont été obligés par la suite de préciser et de compléter leurs déclarations. Mais dans ces cas-là, c'est la présomption d'innocence qui doit être appliquée à Damas, comme d'ailleurs à tout autre pays», a fait remarquer Mikhaïl Oulianov.

Il a rappelé que 30 jours après avoir rejoint la Convention, Damas avait présenté, «en conformité avec cet accord, une déclaration sur l'arsenal chimique dont il disposait».

«Il n'existe aucune preuve selon laquelle les autorités syriennes auraient dissimulé une partie de leurs armes chimiques. Si quelqu'un a des doutes à ce sujet, la Convention prévoit la procédure d'inspection sur demande. Il faut y avoir recours au lieu de lancer des accusations gratuites contre Damas», a souligné Mikhaïl Oulianov pour conclure.

Le siège de l'OIAC à La Haye - Sputnik France
Damas soupçonne l’OIAC d’avoir falsifié le rapport sur les attaques chimiques
L'opposition syrienne a annoncé, le 4 avril 2017, qu'une attaque aux armes chimiques avait fait 80 morts et 200 blessés à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, accusant les troupes gouvernementales syriennes d'être à l'origine de la dispersion chimique. Le commandement syrien en a rejeté la responsabilité sur les djihadistes et leurs alliés. Les autorités du pays ont rappelé qu'elles n'avaient jamais utilisé d'armes chimiques contre les civils et les terroristes et que l'arsenal chimique syrien avait été retiré du pays sous le contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

La Convention sur l'interdiction des armes chimiques a été signée en 1993 et est entrée en vigueur en 1997. Elle n'a pas été signée par l'Égypte, la Corée du Nord et le Soudan du Sud.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала