Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Deuxième Stalingrad»: comment Alep a changé après «cinq années d’horreur» terroriste

© SputnikAlep
Alep - Sputnik France
S'abonner
Les habitants d’Alep, qui fêtent le premier anniversaire de la libération de leur ville du joug des terroristes, sont convaincus qu’ils ne sont plus exposés au danger. Dans une interview accordée à Sputnik, le politologue syrien Kemal Jafa parle des changements qu’Alep a connus à cause de la guerre.

Depuis déjà deux semaines la ville syrienne d'Alep fête le premier anniversaire de la libération du terrorisme. Ses habitants font part à Sputnik des changements que leur ville a connus après avoir survécu au joug terroriste.

«Pendant cette année tout a beaucoup changé. Nous avons traversé cinq années d'horreur. Le changement constant de pouvoir, l'apparition de nouveaux noms de groupes terroristes qui repoussaient l'armée et se battaient entre eux», a déclaré à Sputnik le politologue syrien Kemal Jafa.

Et de poursuivre:

«On peut facilement appeler Alep "le deuxième Stalingrad". Ensuite, une offensive épouvantable. Pendant deux ans, les habitants d'Alep n'ont mangé que du blé et bu que de l'eau.»

Aujourd'hui, les systèmes de distribution d'eau, d'électricité et toutes les autres infrastructures sont enfin rétablis à Alep, poursuit le politologue syrien. D'après lui, Alep est hors de danger et les terroristes n'attaqueront plus la ville, parce que la Turquie ne le permettra pas.

Aleppo's International Airport - Sputnik France
«Il reste la dernière touche à mettre»: l'aéroport d'Alep prêt à rouvrir ses portes

Le politologue a rappelé que les villes de Foua et de Kefraya dans la province d'Idlib sont assiégées depuis déjà mille jours. 8.000 habitants sont privés des produits de base. Les terroristes d'Al-Nosra non seulement ne laissent pas passer les convois humanitaires, mais mitraillent aussi les parachutages par lesquels le gouvernement syrien largue les produits alimentaires aux habitants assiégés. L'hôpital local est fermé, il n'y a plus de carburant, mais les gens ne se rendent pas. Leur résistance restera inscrite dans l'histoire, conclut Kemal Jafa.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала