Vote sur Jérusalem: les USA «enragent de se retrouver» sur la sellette

© REUTERS / Ibraheem Abu MustafaDécision de Trump sur Jérusalem: le monde arabe réagit
Décision de Trump sur Jérusalem: le monde arabe réagit - Sputnik France
Donald Trump a menacé de couper les aides financières aux pays qui voteraient pour la résolution de l’Assemblée générale de l'Onu qui dénonce la reconnaissance par les États-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël. Une politologue turque a donné à Sputnik son avis sur les intentions réelles du Président américain.

Washington cherche déjà depuis longtemps un prétexte pour cesser d'accorder une assistance financière à d'autres pays membres des Nations unies, a déclaré à Sputnik Oya Akgönenç Muğisuddin, ex-députée du parlement turc.

Palestinian Foreign Minister Riyad al-Malki addresses to members of delegations at the General Assembly for the vote on Jerusalem, on December 21, 2017, at UN Headquarters in New York - Sputnik France
L'Assemblée générale adopte la résolution contre la décision de Trump sur Jérusalem

«Les États-Unis menacent ouvertement d'autres pays de sanctions financières parce qu'ils enragent de se retrouver dans une telle situation. Ils ont posé un ultimatum aux pays avant le vote: soit vous soutenez sans réserve notre décision unilatérale, soit vous serez sanctionnés», a résumé la situation Mme Muğisuddin, conseillère aux affaires internationales du président du parti islamique traditionnel turc Saadet, qui n'est pas représenté au parlement.

L'interlocutrice de Sputnik a toutefois admis qu'il ne revenait évidemment qu'aux États-Unis et à eux seuls d'accorder ou non une aide unilatérale à tel ou tel pays.

Le ministère russe des Affaires étrangères - Sputnik France
Moscou: votant contre la résolution sur Jérusalem, les USA défient la communauté mondiale

«Pourtant, un tel comportement de l'administration américaine concernant la question du vote sur le statut de Jérusalem montre que Trump […] s'en sert à titre de prétexte pour cesser d'aider d'autres pays, prétexte qu'il cherche depuis déjà un certain temps», a estimé la politologue.

Elle s'est félicitée du fait que, malgré les menaces et les pressions américaines qui se poursuivraient sans doute à l'avenir, les pays qui avaient voté contre la décision des États-Unis avaient manifesté leur attachement au principe de la suprématie de la loi.

The United Nations Security Council votes at the United Nations Headquarters in New York - Sputnik France
Les États-Unis bloquent la résolution contre la décision de Trump sur Jérusalem

Jeudi, l'Assembée générale de l'Onu a approuvé à une large majorité des voix la résolution contre la décision des États-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale de l'État hébreu. 128 pays ont voté en faveur de cette résolution, neuf contre, 35 autres se sont abstenus.21 pays n'ont pris part au vote.

Le 6 décembre dernier, le Président américain Donald Trump avait annoncé que les États-Unis reconnaissaient Jérusalem comme capitale d'Israël et que l'ambassade américaine y serait transférée. L'initiative a provoqué la colère du monde arabe et des émeutes dans les territoires palestiniens.

Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a espéré que l'administration américaine prendrait en considération le résultat de ce vote et reviendrait sur sa «déplorable décision». Hélas, constatent les observateurs, tel n'est toujours pas le cas, bien que les États-Unis se trouvent en quelque sorte sur la sellette, leur choix étant condamné par une large majorité des membres de la communauté internationale.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала