Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les «forces de l’ombre» menacent-elles la démocratie en Occident?

© Sputnik . Irina Kalashnikova / Aller dans la banque de photosParlement européen
Parlement européen - Sputnik France
S'abonner
En Allemagne, Fritz R. Glunk vient de faire paraître un livre dans lequel il explique comment les «structures transnationales» se substituent de plus en plus aux parlements et gouvernements nationaux. Sputnik a eu l’occasion de s’en entretenir avec l’auteur.

Lors des prises de décision, de plus en plus de prérogatives passent des parlements et gouvernements nationaux à des structures transnationales. Ces groupes d'experts de la sphère de l'économie et du pouvoir préparent des lois que les parlements et les gouvernements approuvent rapidement, ce qui affecte évidemment la démocratie, a déclaré à Sputnik Fritz R. Glunk, éditeur de Die Gazette.

Siège de la Commission européenne à Bruxelles - Sputnik France
L’UE déclenche une procédure de sanctions contre la Pologne pour manque de démocratie

«Ces structures transnationales sont des "forces de l'ombre" qui établissent les règles de notre monde», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

L'Occident doit se débarrasser de l'habitude d'exporter la démocratie - Sputnik France
L'Occident doit se débarrasser de l'habitude "d'exporter la démocratie"

Et d'ajouter que le pouvoir exécutif écartait de plus en plus le parlementarisme, cet élément essentiel de la démocratie occidentale.

«Ces "forces de l'ombre" se composent de représentants de groupements industriels et économiques. […] Elles établissent entre elles des règles en vigueur à travers le monde qui ont "pratiquement force de loi". Les parlements en prennent note sans les discuter ni prendre de décisions», a relevé l'Allemand.

armée US - Sputnik France
Si les USA renoncent à «exporter la démocratie», le monde s’en félicitera!

Selon ce dernier, la raison d'être de ces groupes et de leur influence de l'ombre, dont l'opinion publique ne se doute même pas, sont argumentées par la thèse, selon laquelle les problèmes universels qu'ils traitent sont devenus si complexes que seuls des experts, et non les élus du peuple, peuvent s'en occuper. 

Les spécialistes relèvent qu'il s'agit là d'une sorte d'«expertocratie» qui assied son pouvoir sur l'idée que le peuple est «incompétent» et qu'il vaut mieux laisser à «ceux qui savent» le soin de conduire les affaires publiques.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала