Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Séoul appelle Tokyo à demander pardon «du fond du cœur» pour les «femmes de réconfort»

© AFP 2021 JUNG YEON-JEA South Korean policeman walks past a statue (C) of a teenage girl in traditional costume called the "peace monument" for former "comfort women" who served as sex slaves for Japanese soldiers during World War II, in front of the Japanese embassy in Seoul on December 29, 2015.
A South Korean policeman walks past a statue (C) of a teenage girl in traditional costume called the peace monument for former comfort women who served as sex slaves for Japanese soldiers during World War II, in front of the Japanese embassy in Seoul on December 29, 2015. - Sputnik France
S'abonner
Malgré l'accord conclu entre le Japon et la Corée du Sud en 2015 réglant l'épineuse question des «femmes de réconfort», Séoul estime que Tokyo doit présenter davantage d'excuses aux victimes de l'esclavage sexuel organisé par l'armée nippone pendant la Seconde Guerre mondiale.

South Korean protesters hold placards showing portraits of former comfort women during a rally against the Reconciliation and Healing Foundation outside an office of the foundation in Seoul on July 28, 2016. - Sputnik France
Prostituées prisonnières: le litige entre Séoul et Tokyo reporté
Intervenant lors de la conférence de presse annuelle le Président sud-coréen Moon Jae-in a de nouveau soulevé le problème des «femmes de réconfort» qui gêne les relations entre les deux pays depuis plusieurs décennies.

«Le problème sera résolu définitivement quand le Japon présentera ses excuses du fond du cœur et que les victimes le pardonneront», a-t-il déclaré avant d'évoquer le statut «officiel» de l'accord bilatéral conclu en 2015.

L'accord en question a été conclu pour résoudre le problème «des femmes de réconfort» de façon définitive et irréversible. Aux termes de ce document, le Japon a versé un milliard de yens (8,8 millions d'euros) de dédommagement pour financer une fondation chargée d'aider les victimes.

monument aux femmes de réconfort - Sputnik France
Un monument aux «femmes de réconfort» de l'armée impériale japonaise érigé aux USA

Pourtant, aujourd'hui, la plupart des Sud-Coréens n'acceptent pas cet accord qui a été conclu par leur précédent gouvernement. Séoul continue à exiger que le Japon se repente correctement et réclame des dommages et intérêts pour les «femmes de réconfort» qui sont encore en vie en Corée du Sud.

Selon des historiens, jusqu'à 200.000 femmes, pour la plupart des Coréennes, mais aussi des Chinoises, des Indonésiennes et des ressortissantes d'autres pays asiatiques, ont été enrôlées de force dans les bordels de l'armée impériale japonais.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала