Des traces d’animaux, dont l’existence était considérée comme impossible, détectées

Des paléontologues ont découvert en Afrique du Sud des traces de fossiles attestant que certains organismes multicellulaires comme, par exemple, des vers polychètes étaient bien capables d’habiter à une profondeur allant jusqu’à huit mètres, ce qui était auparavant considéré comme impossible.

Si les organismes unicellulaires existent pratiquement dans tous les coins du globe, c'est loin d'être le cas pour leurs confrères multicellulaires, déclare le spécialiste Jeff Peakall de l'Université de Leeds, en Angleterre, dans un article publié dans la revue Scientific Reports.

Voie lactée - Sputnik France
Des traces de véritables «guerres des étoiles» découvertes dans la Voie lactée
En particulier, à une profondeur de quelques dizaines de centimètres sous la surface de l'océan, la quantité d'oxygène baisse pour atteindre quasiment zéro ce qui laisse penser que cet endroit est dépourvu de vie.

Néanmoins, après avoir mené des recherches avancées, des spécialistes sont désormais prêts à affirmer le contraire. Ainsi, ayant analysé des fossiles découverts en Afrique du Sud qui s'étaient formés au fond de la mer il y a 240 millions d'années, ils ont découvert des traces de vers ainsi que d'autres organismes invertébrés dans les couches de grès.

D'après M.Peakall, cette découverte est une percée dans l'étude d'un environnement inconnu sur la planète bleue. Les fossiles découverts démontrent qu'une vie devait exister dans les dépôts de sable et non pas d'argile, où les scientifiques la recherchait auparavant.

Donc, le chercheur affirme que les fonds de l'océan cachent des organismes multicellulaires, qui restent à ce jour, inconnus pour la science.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала