Congrès syrien de Sotchi: un exemple pour la Libye, selon Lavrov

© Sputnik . Ilya Pitalev / Aller dans la banque de photosSergueï Lavrov
Sergueï Lavrov - Sputnik France
Le modèle du Congrès du dialogue national syrien, organisé à Sotchi le 30 janvier, peut être appliqué pour la résolution de la crise libyenne. Tel est l’avis du ministre russe des Affaires Étrangères, Sergueï Lavrov qui y voit «une analogie».

Une conférence semblable au Congrès du dialogue national syrien de Sotchi pourrait être organisée pour la crise libyenne, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Preparations for Congress of Syrian National Dialog in Sochi - Sputnik France
Congrès du dialogue syrien de Sotchi et pourparlers de Genève: quelle est la différence?
Le Congrès du dialogue national syrien a eu lieu le 30 janvier à Sotchi, ayant abouti à la création d'une commission constituante qui sera mise en place à Genève. Sa mission principale consiste à lancer des travaux d'élaboration d'une nouvelle Constitution syrienne et à former une commission constituante.
Les participants au Congrès ont adopté une déclaration comportant des principes comme le respect de la souveraineté, de l'intégrité territoriale, de l'indépendance de la Syrie et les droits de tous les groupes ethniques et confessionnels.

«En ce qui concerne l'étape actuelle. C'est vrai que le représentant spécial de l'Onu pour la Libye, monsieur Salamé, met en avant les bonnes idées, celles de la réconciliation nationale, de l'unité nationale. Nous, tout comme la majorité des pays, soutenons ces idées. Oui, j'y vois une analogie avec le congrès qui a eu lieu à Sotchi», a déclaré M.Lavrov, tout en soulignant que le congrès libyen pourrait être d'une plus longue durée.

La Libye est en proie à une crise après la destitution et l'assassinat de Mouammar Kadhafi en 2011. Une diarchie s'est établie dans ce pays. Dans l'est, à Tobrouk, s'est installé le parlement élu par le suffrage universel, tandis que dans la partie ouest, à Tripoli, capitale du pays, règne le Gouvernement d'entente nationale, formé sous l'égide de l'Onu et de l'UE. Les autorités de la partie est agissent indépendamment de celles de Tripoli, en coopérant avec l'Armée nationale libyenne dirigée par Khalifa Haftar qui lutte contre les islamistes.

Ces derniers temps, les parties du conflit menaient des pourparlers en Tunisie sous l'égide du représentant spécial de l'Onu Ghassan Salamé afin de modifier l'accord du 17 décembre 2015, prévoyant la création du Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала