Qu’est-ce qui se cache vraiment derrière notre obsession pour les protéines?

© Fotolia / PuhhhaUne femme mange de la viande
Une femme mange de la viande - Sputnik France
Les barres protéinées, les shakes protéinées, les céréales spéciales: si les protéines étaient jusqu’alors l’un des sujets de prédilection des bodybuilders, de plus en plus de producteurs remplissent les rayons de nos supermarchés d’aliments protéinés en tout genre. Cependant, trop de protéines peuvent nuire à la santé, à bien des égards.

Bien que la plupart des consommateurs aient jusqu'ici associé les protéines aux culturistes, ceux-ci occupent désormais une place très, voire trop, importante dans notre quotidien, si bien que plusieurs producteurs adaptent leur production purement sportive aux besoins des simples consommateurs obsédés par un mode de vie sain, relate Die ÄrzteZeitung

                 

Les protéines à l'assaut des supermarchés

Dans la section produits laitiers, il y a une boisson lactée extra protéinée; dans le rayon céréales, des produits avec une addition protéique et dans le rayon boulangerie, des pains protéinés. Tout ce que l'on ne pouvait acheter que dans une salle de gym est désormais à disposition dans n'importe quel supermarché: les aliments protéinés sont véritablement partout. Mais d'où vient cette tendance? A-t-on vraiment besoin de telles quantités de protéines?

«De nos jours, tout le monde veut être en pleine forme et en bonne santé. Les protéines bénéficient de la bonne réputation de nous aider à nous sentir rassasié pour plus longtemps», explique la nutritionniste Antje Gahl, qui mène des recherches pour la Société de nutrition allemande (DGE). D'autres tendances, telles que le Low Carb (régime pauvres en glucides) et le Paléo (régime alimentaire issu du mode de vie paléolithique), ainsi que les régimes végétariens et vegans y jouent aussi un rôle prépondérant, souligne-t-elle.   

Fonction rassasiante

«Une consommation de protéines plus élevée va de pair avec un rassasiement plus élevé», précise la diététicienne. Bien que les protéines soient bénéfiques pour le développement des muscles, elles jouent toutefois pour monsieur Tout-le-Monde un rôle plutôt marginal, car il veut en premier lieu ne pas avoir faim et perdre du poids.

Публикация от Dine (@dine.jo) Фев 2, 2018 at 10:55 PST

Le manque de protéines ne constitue dans ce cas pas un véritable problème: «Beaucoup de produits alimentaires contiennent des protéines. Ainsi, on n'a pas besoin de quantités si élevées afin de satisfaire nos besoins», indique-t-elle. Trois ou quatre tranches de pain aux noix, un quart de litre de lait, un petit yaourt, une portion de pommes de terre et un peu de poisson contiennent approximativement 60 grammes de protéines au total. Or, un homme adulte de taille moyenne n'a même pas besoin d'une telle quantité.

Des astuces commerciales nuisibles?

Qu'à cela ne tienne, est-ce bien nécessaire de consommer des protéines? «Ce n'est pas nécessaire. Mais cela n'est pas nocif non plus», dit Gahl.

Cependant, les récentes recherches en la matière ont démontré qu'«un apport élevé en protéines peut endommager les reins». En outre, la diète d'Atkins pourrait être reliée à un risque de cancer à long terme. Par exemple, la consommation excessive de certaines viandes rouges, et particulièrement des viandes transformées (jambon, bacon, viandes froides et charcuteries), semble augmenter les risques de cancer chez les personnes génétiquement prédisposées, explique le Centre de référence sur la nutrition de l'Université de Montréal.

A en croire Gahl, les supermarchés auraient toutefois tout intérêt à promulguer en masse de tels aliments à des fins commerciales. 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала