«Ingérence russe» dans le Brexit: tout a été mis sur le dos de Sputnik et de RT

© SputnikMargarita Simonian
Margarita Simonian - Sputnik France
Les communicants britanniques n’ont pas été efficaces pour présenter les avantages du Royaume-Uni dans l’Union européenne, et pour cacher leur échec, ils l’ont mis sur le dos de Sputnik et de RT, a annoncé la rédactrice en chef de Sputnik, Margarita Simonian, commentant les accusations sur «l’ingérence russe» dans le référendum sur le Brexit.

La rédactrice en chef de Sputnik, Margarita Simonian, a commenté les propos de la société britannique 89up, qui accuse les médias russes Sputnik et RT d'avoir exercé «une influence considérable» sur le résultat du référendum sur le Brexit.

«Les communicants britanniques n'ont pas été efficaces en présentant les avantages du Royaume-Uni dans l'Union européenne, et pour cacher leur échec, ils l'ont mis sur le dos de Sputnik et de RT. Ils n'arrivent pas à accepter l'idée que leurs citoyens puissent réfléchir avec leur propre tête, lire quelque chose d'autre que Le Times et voter comme bon leur semble», a-t-elle ainsi déclaré.

Geroge Soros, long an advocate of imposing more taxes on the wealthy, has himself amassed a massive fortune by delaying those very tax payments - but the bill may be about to come due. - Sputnik France
Soros ferait un autre don aux activistes anti-Brexit. Mission saper le Brexit à tout prix?
Les parlementaires britanniques mènent une enquête concernant une prétendue ingérence russe dans le référendum sur la sortie de l'UE qui s'est tenu en 2016. Cela étant dit, les autorités britanniques déclarent n'avoir aucune preuve d'une telle ingérence.

En revanche, le 8 février dernier, le journal britannique The Telegraph a publié un article révélateur sur un don d'un montant de 400.000 livres sterling que le fonds de George Soros avait versé à l'organisation Best for Britain qui lutte pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne.

Best for Britain cherche à mettre un terme à la procédure de Brexit et souhaite organiser un nouveau référendum après celui de 2016 lors duquel une majorité de Britanniques s'était prononcée en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

La Première ministre britannique Theresa May a promis que son pays quitterait le bloc communautaire le 29 mars 2019 et a affirmé qu'il n'y aurait pas de nouvelle consultation populaire sur cette question.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала