Quel message Shinzo Abe a-t-il fait passer à Kim Jong-un?

Le chef du gouvernement japonais a profité de sa visite à Pyeongchang pour transmettre un message au leader nord-coréen, évoquant une fois de plus le sort des citoyens nippons kidnappés par les services secrets de Pyongyang.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a réussi à transmettre un message oral au Président nord-coréen Kim Jong-un. Le chef du gouvernement l'a fait savoir lors de son entretien mercredi avec le président du parti politique japonais le Nouveau Komeito, Natsuo Yamaguchi.

Les dirigeants de la délégation nord-coréenne pendant la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Pyeongchang - Sputnik France
Kim Jong-un salue «le climat chaud de réconciliation et de dialogue» avec le Sud
Il a raconté en détail sa rencontre à Pyeongchang avec le chef de la délégation nord-coréenne Kim Yong-nam, président du Présidium de l'Assemblée populaire suprême (parlement) nord-coréen. «Je l'ai prié de transmettre personnellement à Kim Jong-un, Président du Parti du travail de Corée, la position de notre pays à l'égard du kidnapping [de ressortissants japonais] et notre attitude envers le programme nucléaire et de missiles de la Corée du Nord», a indiqué le Premier ministre.

«Cette rencontre avait du sens. J'ai utilisé cette chance unique qui ne pouvait se présenter qu'à cette occasion», a-t-il dit à propos de cet entretien qui a eu lieu lors d'une réception à la veille de l'ouverture des Jeux olympiques de Pyeongchang.

Shinzo Abe - Sputnik France
Abe exige de Pyongyang de relâcher les Japonais kidnappés
Le gouvernement japonais, tout comme les États-Unis, préconise une pression maximale sur Pyongyang en vue de lui faire renoncer au développement d'armes nucléaires et de missiles.

Outre le démantèlement de son programme nucléaire, Tokyo exige que Pyongyang poursuive l'enquête sur les Japonais kidnappés au XXe siècle par les services secrets nord-coréens. La Corée du Nord a pour la première fois reconnu en 2002 le kidnapping de 13 Japonais et a permis à cinq d'entre eux de regagner leur patrie. Les autres ont été déclarés morts, leurs familles ayant reçu des restes dont l'authenticité n'a pas pu être établie.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала