Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Hulot m'a radicalisé», heurts et gaz lacrymogènes: action anti-nucléaire interdite à Bure

© AFP 2021 JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN Anti-nuclear activists hold a banner featuring an image of French Minister for the Ecological and Inclusive Transition Nicolas Hulot as they speak with media representatives in Mandres-en-Barrois, eastern France on March 3, 2018, following a meeting of anti-nuclear activists.
Anti-nuclear activists hold a banner featuring an image of French Minister for the Ecological and Inclusive Transition Nicolas Hulot as they speak with media representatives in Mandres-en-Barrois, eastern France on March 3, 2018, following a meeting of anti-nuclear activists. - Sputnik France
S'abonner
Des centaines de personnes opposées au projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure se sont réunies samedi dans cette commune de Lorraine. La manifestation a rapidement dégénéré en affrontements entre les protestataires et les forces de l'ordre.

Une manifestation non autorisée pour dénoncer le projet d'enfouissement des déchets nucléaires, connu comme «Cigéo», a réuni samedi quelques centaines de personnes à la lisière du bois Lejuc à Bure (Meuse). Sur les pancartes, on pouvait lire «Hulot m'a radicalisé-e» et «Sortir du nucléaire, c'est possible».

Le rassemblement avait débuté dans le calme, avec une marche d'environ 300 personnes, selon la police, entre Bure et Mandres-en-Barrois. Cependant, s'approchant à travers champs du bois Lejuc, des opposants ont commencé lancer des projectiles en direction de l'important dispositif des forces de l'ordre qui bloquaient l'accès à la forêt.

Les gendarmes ont répliqué avec des grenades lacrymogènes, a constaté une journaliste de l'AFP.

Peu après, le gros du cortège de quelques centaines de manifestants, qui s'était mis en route depuis Mandres-en-Barrois, a rebroussé chemin vers la route. Quelques opposants ont toutefois continué à s'en prendre aux forces de l'ordre, sous un épais nuage de fumée.

Les opposants au projet Cigéo, qui vise à enfouir à 500 m sous terre les déchets les plus radioactifs du parc nucléaire français, ont décidé d'organiser ce week-end cette action prévue depuis le début de l'année, cela en dépit de l'interdiction préfectorale de manifester.

Le bois Lejuc a été retenu par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) pour y procéder à des forages exploratoires avant de déposer une demande d'autorisation formelle de création d'un site de stockage des déchets nucléaires, dans le cadre du projet baptisé Cigéo.

Cette forêt, occupée par une quinzaine d'opposants, avait été évacuée le 22 février lors d'une importante opération policière.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала