«F*ck Europe»: après le massacre, un réfugié promet de faire justice des femmes à l’avenir

© Fotolia / gebphotography«F*ck Europe»: après le massacre, un réfugié promet de faire justice des femmes à l’avenir
«F*ck Europe»: après le massacre, un réfugié promet de faire justice des femmes à l’avenir - Sputnik France
À Mühlacker, en Allemagne, lors d’une querelle de famille, un réfugié syrien a poignardé avec un couteau son épouse devant leurs enfants et posté une vidéo sur Facebook pour se justifier. Il promet la même chose à toutes les femmes qui trompent leurs maris.

Vendredi dernier, à Mühlacker, une ville du Bade-Wurtemberg, un réfugié syrien a assassiné sa femme, en la poignardant au cou et à la tête et s'est enfui de l'appartement à pied avec un de ses fils, rapportent des médias allemands, se référant à la police locale.

Migrants en Allemagne - Sputnik France
Les migrants alimentent la criminalité en Allemagne, selon un rapport

Peu après, cet homme de 41 ans qui se faisait appeler Abou Marwan a posté sur Facebook une vidéo effrayante où, les mains ensanglantées, il racontait ce qu'il avait fait, en se justifiant. Son fils mineur se trouvait à côté de lui. De toute évidence, le garçon avait assisté au massacre de sa mère, mais défendait son père.

«Chaque femme qui trompe son mari sera tuée», promet l'homme, appelant au meurtre au nom de l'honneur.

Pendant ce temps, son fils ne cessait de répéter: «Partagez cette vidéo».

Police allemande - Sputnik France
Allemagne: le nombre de migrants soupçonnés de crimes en hausse

«F*ck Europe», clamait le Syrien, assurant qu'il n'était pas un assassin et n'avait jamais eu auparavant d'arme.

«Partagez cette vidéo pour que tous sachent comment est la situation en Allemagne», enchaîne le garçon.

Le Syrien raconte avoir vendu sa maison et avoir tout perdu, juste pour vivre en paix avec sa famille en Allemagne.

La violence domestique sévit chez les migrants en Allemagne - Sputnik France
La violence domestique sévit chez les migrants en Allemagne

«Et elle a fait ça. Ce n'est pas ma faute, c'est la sienne», a-t-il affirmé avant de donner son dernier conseil aux jeunes filles syriennes.

«Si vous faites une chose pareille, vous allez mourir», a-t-il promis.

Sa fille mineure restant dans l'appartement a prévenu la police. Celle-ci a pu arrêter l'auteur présumé de ce crime abominable.
La chaîne SWR a annoncé lundi que selon le parquet les motifs du crime «n'étaient pas encore élucidés».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала