Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Moscou: Londres pourrait avoir la formule chimique de l'agent Novitchok

© Sputnik . Alexander Vilf / Aller dans la banque de photosLondres
Londres - Sputnik France
S'abonner
Vassili Nebenzia, représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu, a déclaré que des spécialistes avaient des raisons d’estimer que le Royaume-Uni avait lui-même la formule chimique de la substance Novitchok.

Afin que les spécialistes britanniques puissent établir qu'il s'agissait du gaz Novitchok par le biais duquel ont été empoisonnés Sergueï Skripal et sa fille, il leur fallait posséder un échantillon de contrôle, a déclaré mercredi, lors de la session du Conseil de sécurité de l'Onu, Vassili Nebenzia, représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu.

«La source la plus probable d'origine de cet agent [la substance Novitchok, ndlr] sont les pays dans lesquels depuis les années 90 et jusqu'à présent se poursuivent des recherches intensives consacrées aux agents mentionnés, y compris le Royaume-Uni», a déclaré Vassili Nebenzia.

Et de conclure:

«Si le Royaume-Uni est certain qu'il s'agit du gaz Novitchok, il possède sa formule chimique, des échantillons et est capable de le produire.»

Брифинг официального представителя МИД России М. Захаровой - Sputnik France
Affaire Skripal: Moscou prépare des mesures symétriques à l'encontre du Royaume-Uni
Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. M.Skripal avait reçu l'asile au Royaume-Uni en 2010 après un échange d'agents de renseignement entre la Russie et les États-Unis lorsque 10 agents russes, dont Anna Chapman, sont rentrés dans leur patrie.

Le 11 mars, la Première ministre britannique Theresa May a accusé la Russie d'implication dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations. Qualifiant l'affaire de «provocation», la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a de son côté estimé que les propos de la Première ministre britannique étaient un «cirque en plein parlement».

Ce mercredi, elle a expulsé 23 diplomates russes du pays et a suspendu tous les contacts bilatéraux de haut niveau avec la Russie.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала