Mahmoud Abbas claque la porte au nez de Trump

© REUTERS / Mike SegarPalestinian President Mahmoud Abbas enters the hall to deliver his address during the 70th session of the United Nations General Assembly at the U.N. headquarters in New York, September 30, 2015
Palestinian President Mahmoud Abbas enters the hall to deliver his address during the 70th session of the United Nations General Assembly at the U.N. headquarters in New York, September 30, 2015 - Sputnik France
La réunion, qui s’est tenue mardi à Washington pour «sauver Gaza», a été boycottée par Mahmoud Abbas, qui ne s’est même pas donné la peine «de lire la lettre d’invitation» qui lui a été adressée par l’administration américaine.

Jérusalem - Sputnik France
Les Palestiniens de Jérusalem menacés d’expulsion à cause d’une nouvelle loi israélienne
Le Président de l'État de Palestine, Mahmoud Abbas, a refusé «même de lire» l'invitation envoyée par les États-Unis à l'Autorité palestinienne pour participer à la réunion, qui s'est tenue mardi à Washington, pour «sauver Gaza», selon le journal Al Hayat. Cependant, l'Autorité palestinienne a considéré que cette rencontre ouvrait la voie la mise en application du projet américain, le «deal du siècle», qui a pour objectif de créer un État centré sur la bande de Gaza et certaines parties de la Cisjordanie, en plus de la création d'un leadership alternatif, a rajouté le journal.

Des sources palestiniennes résidant dans la bande Gaza, citées par le quotidien, ont relaté que Mahmoud Abbas avait «catégoriquement refusé de participer à la réunion de Washington» et a même «refusé de lire la lettre d'invitation qui a été adressée par l'administration Trump à l'Autorité palestinienne par le biais du président de l'Autorité des affaires civiles et membre du comité central du Fatah, Hussein al-Sheikh».

Les mêmes sources ont expliqué que le responsable palestinien avait décidé depuis un certain temps «de combattre l'administration américaine» suite à la décision de Trump, début décembre, de reconnaître Jérusalem comme «capitale d'Israël» et d'y transférer l'ambassade de son pays au milieu du mois prochain, coïncidant avec la date de l'exode palestinien de 1948, a signalé Al Hayat.

Jérusalem - Sputnik France
Mike Pence explique aux Arabes à qui «appartient» Jérusalem
Le dirigeant palestinien, qui paraissait fatigué, selon les mêmes sources citées par le journal, a déclaré à d'autres dirigeants de faction de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) qu'il «se bat maintenant contre les États-Unis et met de côté, pour un certain moment, la bataille Israël». Les mêmes sources ont souligné que le Président palestinien était «convaincu que l'administration américaine réagirait à toutes les mesures et décisions» qu'il a prises, et dont les plus importantes sont le boycott de cette administration et le refus de traiter tout projet ou proposition émanant d'elle.

Tout en affirmant son refus catégorique du projet américain de «deal du siècle», Mahmoud Abbas, selon les sources citées par Al Hayat, s'attend à ce que «l'administration américaine tente de mettre fin à l'Autorité palestinienne, en ce moment des plus dangereux».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала