Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Après Tillerson, McMaster? Le grand remplacement au sommet de l’État américain

© Sputnik . Natalia SeliverstovaLa Maison-Blanche, Etats-Unis
La Maison-Blanche, Etats-Unis - Sputnik France
S'abonner
Les rumeurs fusent autour d’un nouveau limogeage à la Maison-Blanche. Le général McMaster, conseiller à la sécurité nationale serait sur le départ. Une information avancée par le Washington Post, puis démentie par la Maison-Blanche, mais jusqu’à quand? Il est aussi question de l’arrivée de John Bolton à la tête de la NSA.

Non, le général McMaster ne va pas quitter ses fonctions de conseiller à la sécurité nationale. Le démenti de la Maison-Blanche est cinglant.

​Ce proche de Donald Trump devrait donc rester en fonction… jusqu'à quand? est-il permis de se demander, tant la dénégation de la présidence américaine ressemble à celles qui se sont succédé à propos de Rex Tillerson, récemment démis de ses fonctions de Secrétaire d'État, après plusieurs mois de rumeurs dans ce sens.

Concernant Herbert R. McMaster, c'est le Washington Post qui annonçait, dans un article du 15 mars, que Donald Trump avait décidé du départ de son conseiller à la sécurité nationale. Un limogeage en douceur, pour ne pas froisser ce haut gradé de l'armée américaine, selon le journal américain, qui rajoute aussi que d'autres changements devraient suivre dans l'administration Trump.

Herbert McMaster - Sputnik France
Kim Jong-un, 67 ans au pouvoir, selon le conseiller de Trump à la sécurité nationale
La rumeur concernant le départ du général McMaster a pris de la consistance quand le site d'information américain Vox a annoncé que John Bolton, républicain proche des néoconservateurs et ancien ambassadeur à l'Onu, était est pressenti pour le remplacer.

Des changements potentiels qui s'inscrivent dans un chamboulement plus large au sommet de l'État américain. Ils feraient suite au départ de Rex Tillerson, avec qui Donald Trump était en désaccord sur des sujets majeurs, et à la démission de Gary Cohn, opposé aux taxes à l'importation de l'acier et de l'aluminium.

«Ce qu'on peut dire très clairement, c'est que le Président Trump, aujourd'hui, est en train d'évacuer ou d'expulser de la Maison-Blanche et de son équipe de conseillers proches tous ceux qui présentaient des désaccords avec sa vision du monde […], des désaccords de stratégie et de fond sur la politique des États-Unis»,

expliquait Vincent Michelot, professeur à Science Po et spécialiste de l'histoire politique des États-Unis, mercredi 14 mars à Sputnik France, à propos du départ du secrétaire d'État.

L'universitaire estimait aussi que le remplacement de Rex Tillerson par Mike Pompeo allait permettre à la politique internationale américaine de trouver une unité entre ses principaux acteurs. Il considère que Trump a nommé Mike Pompeo et Gina Haspel, respectivement à la tête de la diplomatie américaine et de la célèbre agence de renseignement, parce qu'ils partagent tous la même conception du monde.

«Il va y avoir une unification du message, une unification des pratiques, parce qu'il y a une vision du monde qui est partagée.»

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала