Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un binational franco-russe explique ce qui le poussera à voter à la présidentielle russe

© Sputnik . Kirill Braga  / Aller dans la banque de photosDrapeau russe
Drapeau russe - Sputnik France
S'abonner
Un Français binational ayant fait son service militaire dans l’armée russe en Crimée raconte à Sputnik ce qu’il pense de l’élection présidentielle russe et en quoi elle est différente du grand scrutin français.

Demain, c'est un grand jour pour tous les Russes car le peuple devra se prononcer et élire le nouveau Président qui dirigera le pays pour les six prochaines années.

Yann Avril, né français d'une mère russe et d'un père français, et détenteur de la double nationalité franco-russe, qui a en outre fait son service dans l'armée russe en Crimée, partage dans une interview à Sputnik sa vision de l'élection présidentielle russe.

«Toutes les élections ont bien sûr un intérêt important, mais tout dépend du contexte social et historique du pays. À chaque culture et mentalité son système», dit Yann, précisant qu'il vote régulièrement aux élections présidentielles aussi bien en Russie qu'en France.

Ainsi, l'interlocuteur du Sputnik ira se prononcer demain, comme il l'a d'ailleurs fait en 2012 en Russie et l'année dernière en France.

Встреча главы ЦИК РФ Э. Памфиловой с руководителями партий Яблоко и Коммунисты России - Sputnik France
«Je te casserai la mâchoire, sa**pe!»: lorsqu’un débat télévisé se transforme en ring
Riche de son expérience de binational, l'homme souligne que les élections en France et en Russie ont un grand nombre de différences, notamment «le spectre politique, les stratégies, le format, le contenu et les discours».

Yann a également évoqué les débats télévisés russes «qui pourraient paraître ridicules en Occident, mais qui sont au final plus francs, beaucoup plus sportifs qu'en France».

«Les débats d'une manière générale en Russie sont importants mais rapidement désabusés par les réalistes. Ces débats ne sont qu'un sport, les personnes avec une réelle perception de la réalité, sobres et matures, ne font pas vraiment attention à ces débats et se basent sur des éléments plus importants», a-t-il poursuivi.

Ksenia Sobchak - Sputnik France
Ksénia Sobtchak fond en larmes lors des débats présidentiels
Selon Yann, «c'est plus franc et honnête» en Russie.

Il pense d'ailleurs qu'«un système impérial correspondrait mieux au pays».

«Par contre, des élections fréquentes localement et régionalement dans des domaines tels que le législatif seraient indispensables pour régler les problèmes inaccessibles au Président. C'est bien sûr très schématique, mais l'idée est là», a-t-il conclu.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала