La diplomatie russe promet «un cadeau historique» pour Londres

© Sputnik . Ekaterina Chesnokova / Aller dans la banque de photosMaría Zajárova, portavoz del Ministerio de Exteriores de Rusia
María Zajárova, portavoz del Ministerio de Exteriores de Rusia - Sputnik Afrique
Le ministère russe des Affaires étrangères réserve «un cadeau-surprise» à Londres et à tous ceux qui osent comparer la Russie au Troisième Reich dans le cadre de l’affaire de l’ex-agent double Skripal, d’après la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Boris Johnson - Sputnik Afrique
Par quoi Boris Johnson a-t-il été «empoisonné»? Le diagnostic de Maria Zakharova
La Russie offrira jeudi un «cadeau historique» au Royaume-Uni en réponse à la «provocation colossale» de Londres qui accuse gratuitement Moscou d’être impliqué dans l’affaire de l’empoisonnement de l’ex-agent double Skripal, a déclaré dimanche la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova.

«Attendons jeudi, je vous promets de dévoiler un cadeau historique lors d’un point presse. Le cadeau est destiné à Boris Johnson et à tout le monde. J’espère que nous aurons le temps de préparer tous les documents. Nous avons une surprise pour tous ceux qui osent faire l’amalgame entre la Russie et le Troisième Reich. Nous avons une bonne réponse et un cadeau. C’est une surprise», a indiqué Mme Zakharova à la chaîne de télévision Rossiya 1.

La porte-parole a dénoncé la campagne lancée par Londres qui «démonise la Russie et les Russes» sans aucune preuve.

Maria Zakharova - Sputnik Afrique
Affaire Skripal: le Foreign Office envoie «des réponses non pertinentes» à Moscou

«Les actions actuelles du Royaume-Uni constituent une campagne de diffamation d’envergure mondiale. Les Britanniques n’ont rien à l’appui de leurs accusations. Ils ne peuvent pas le faire avaler en utilisant leurs arguments. Ils sont ainsi passés au concept de diffamation […]. C’est une provocation colossale. Je dirais même que c’est une aventure colossale de Londres», a noté Mme Zakharova.

Un ancien colonel des services de renseignement militaires russes, Sergueï Skripal, et sa fille Ioulia, ont été retrouvés inconscients le 4 mars dernier aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal par un agent toxique A234, sans toutefois présenter de preuves tangibles pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni. Dans le même temps, Londres refuse d’informer Moscou sur le déroulement de l’enquête sans aucune explication.

Selon le directeur du département du ministère russe des Affaires étrangères pour la non-prolifération, Vladimir Ermakov, Moscou considère l’attaque contre les citoyens russes sur le sol britannique comme un attentat. D’après lui, Londres a soit organisé cette attaque contre les Skripal, soit s’est montré incapable de protéger les personnes se trouvant au Royaume-Uni contre les attentats.

Recruté comme agent double par les services britanniques en 1995 et condamné en Russie à 13 ans de prison pour trahison, M.Skripal a obtenu l'asile au Royaume-Uni en 2010 après un échange d'agents de renseignement entre la Russie et les États-Unis.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала