Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Moscou commente la réaction de Paris aux 10 questions concernant l'affaire Skripal

© REUTERS / Toby Melvillel'affaire Skripal
l'affaire Skripal - Sputnik France
S'abonner
L'ambassade de Russie à Paris a envoyé fin mars au ministère français des Affaires étrangères une note comprenant 10 questions concernant l'affaire Skripal. Pourtant, selon la porte-parole de la diplomatie russe, la France n’a pas su y répondre.

Paris n'a pas su répondre aux questions posées par la Russie concernant l'affaire Skripal, a déclaré sur sa page Facebook la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

«La France n'a pas su répondre aux questions posées par la Russie concernant l'affaire Skripal. En expliquant sa position, le ministère français des Affaires étrangères a qualifié les questions de "non-fondées" et a déclaré que "le Royaume-Uni avait en détail informé la France de son enquête". Paris, avait évidemment oublié que Londres l'avait informé des conclusions du laboratoire britannique de Porton Down, désavouées ensuite par le laboratoire lui-même. L'effondrement complet de la "coalition"», a écrit Maria Zakharova.

Fin mars, le ministère russe des Affaires étrangères a publié une liste de 10 questions adressées à Paris dans le cadre de l'affaire Skripal «fabriquée» par le Royaume-Uni contre la Russie.

British Foreign Secretary Boris Johnson answers a question during a news conference after his meeting with Greek Foreign Minister Nikos Kotzias, in Athens on Thursday, April 6, 2017 - Sputnik France
«Il faut renvoyer Boris Johnson» pour son «mensonge» sur l'affaire Skripal
Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down n'ont pas été en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans la tentative d'assassinat de l'ex-agent double Serguei Skripal et de sa fille Ioulia au Royaume-Uni.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала