Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Zakharova explique les raisons pour lesquelles l’Occident frappe la Russie de sanctions

© Sputnik . Vladimir Sergeev / Aller dans la banque de photosLes drapeux de la Russie et de l'UE
Les drapeux de la Russie et de l'UE - Sputnik France
S'abonner
La Crimée, l’Ukraine, l’ingérence présumée dans les élections américaines ne sont que des raisons invoquées pour l’introduction de sanctions à l’égard de la Russie, estime la porte-parole de la diplomatie russe. Le vrai but est d’exercer des pressions sur le pays, affaiblir son économie et diviser par conséquent la société.

Ce n’est ni en raison de l’ingérence présumée de la Russie dans les élections américaines, ni en raison de la réunification avec la Crimée que l’Occident introduit des sanctions contre la Russie, a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.

«Elles [les sanctions, ndlr] s’enchaînent depuis des années. Avant, on nous disait que c’était clair, que c’était en raison de la Crimée. Et avant la Crimée? Nous sommes dans ce régime depuis 2011-2012 à peu près. […] Pour nous la cause est évidente. Ce n’est lié ni à une ingérence dans les élections, ni à la Crimée, ni à l’Ukraine. C’est une sorte de jeu "écrase la Russie"», a-t-elle déclaré à la télévision russe.

Maria Zakharova - Sputnik France
Moscou réfléchit à une série d'éventuelles mesures suite aux nouvelles sanctions US
Selon la porte-parole, les sanctions sont nécessaires pour que la société demeure dans un état de division, pour qu’il y ait des «luttes internes» permanentes. «Et de préférence qu’ils [les Russes, ndlr] soient appauvris… C’est là que tout le monde est ami avec nous, c’est là que nous sommes agréables pour tous et plaisons à tous», a-t-elle ajouté.

Mme Zakharova a souligné que le but de la Russie était la coopération. «À chaque fois, nous disons que nous sommes pour un dialogue constructif, à chaque fois nous disons que nous sommes prêts à résoudre les questions à la table des négociations. Où est ce cap antioccidental? Où est l’agression?», a-t-elle noté.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала