Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Qu’arrivera-t-il à la maison de Sergueï Skripal à Salisbury?

S'abonner
Suite à l’empoisonnement de l’ex-agent russe Sergueï Skripal à Salisbury, sa maison et deux autres bâtiments où il s’est rendu avec sa fille seront détruits.

Les autorités britanniques envisagent de démolir la maison de Sergueï Skripal à Salisbury ainsi qu'un restaurant et un pub où il s'est rendu avec sa fille le jour de l'empoisonnement à cause de la contamination, relate le Daily Mail.

Theresa May - Sputnik France
La renaissance de la politique anglo-saxonne Powell grâce à l’affaire Skripal
Cette mesure est considérée comme plus rentable qu'une recherche centimètre par centimètre, dans la propriété, d'autres traces du gaz A-234 qui aurait été utilisé pour intoxiquer le père et la fille, comme l'affirme Londres.

Le restaurant italien Zizzi et le pub The Mill, qui ont tous deux été visités par les Skripal dans les heures qui ont précédé leur malaise, ne seront cependant pas détruits avant six mois, selon une source au sein des forces de sécurité.

Cette semaine, les autorités britanniques devraient faire ériger des clôtures de trois mètres autour des sites clés de Salisbury relatifs à l'empoisonnement. Les structures semi-permanentes peuvent rester en place jusqu'à l'automne de cette année, selon la source.

Las banderas de EEUU - Sputnik France
Transférer les Skripal aux USA? Les «cacher» pour qu'ils ne disent «rien de superflu»
Le 4 mars dernier, l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down ont reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a demandé à Londres à plusieurs reprises de leur permettre de participer à cette enquête.

Les deux empoisonnés ne sont plus dans un état critique.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала