Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La carte qui montre la probabilité de mourir dans une explosion nucléaire

CC0 / / Explosion d'une bombe nucléaire
Explosion d'une bombe nucléaire - Sputnik France
S'abonner
Depuis que le «génie stable» autoproclamé Donald Trump est entré en fonction, la perspective d'une guerre nucléaire semble plus proche que jamais, met en garde le journal The Independent, tout en proposant à ses lecteurs une carte interactive à ce sujet.

Une nouvelle carte a été publiée en ligne pour évaluer nos chances de survie en cas d'explosion nucléaire.

Cette Nuke Map, créée par Alex Wellerstein, permet aux internautes de larguer virtuellement une bombe n'importe où dans le monde et de sélectionner la force de la bombe en question.

La Maison-Blanche - Sputnik France
Maison-Blanche: prête à une attaque nucléaire mais sans défense contre les mouches
Wellerstein a également créé une application appelée Nukey McNukeface, conçue pour Android, qui peut aider les utilisateurs à découvrir à quel point ils seraient proches de la zone incluse dans le rayon d'action nucléaire de la Corée du Nord.

Au demeurant, la Corée du Nord n'est pas le seul pays à posséder des armes nucléaires. Selon la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires, neuf pays nucléaires, dont le Royaume-Uni, disposent d'un total de 15.000 armes nucléaires.

Mais est-il possible de survivre à une explosion nucléaire?

Environ un tiers de l'énergie d'une bombe nucléaire est libérée sous forme de rayonnement thermique, qui se déplace à la vitesse de la lumière. Cela signifie que, même si on se trouve éloigné à 20km de l'épicentre de l'explosion, on serait provisoirement aveuglé par la lumière du flash.

La première centrale nucléaire turque d'Akkuyu - Sputnik France
Poutine et Erdogan inaugurent le chantier de la centrale nucléaire d'Akkuyu
Situé à 11 km de l'épicentre, on obtiendrait des brûlures légères au premier degré. Et à moins de 5km de la zone de tir, des brûlures au troisième degré deviendraient très probables.

Si on se trouve encore plus proche de l'épicentre, la mort serait presque certaine. La température du centre de la bombe d'Hiroshima, larguée par les États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, était estimée à environ 300.000°C, soit 250 fois plus élevée que la température à laquelle les cadavres sont incinérés.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала