Le régulateur britannique lance de nouvelles enquêtes contre RT

© Sputnik . Evgeny Biyatov / Aller dans la banque de photosRussia Today logo
Russia Today logo - Sputnik France
Sept nouvelles enquêtes sur des programmes d’information et documentaires de la chaîne de télévision russe RT ont été initiées par le régulateur britannique des médias Ofcome.

RT - Sputnik France
La chaîne RT privée d'antenne à Washington
Au Royaume-Uni, le régulateur des médias, Ofcom, a fait savoir qu'il avait lancé de nouvelles enquêtes sur des émissions de la chaîne russe RT.

«Nous avons commencé sept enquêtes sur l'impartialité des actualités et des programmes chronique-documentaires de la chaîne de télévision RT», indique le communiqué du régulateur.

La rédactrice en chef de ce média, Margarita Simonian, avait récemment exprimé l'espoir qu'Ofcom ne priverait pas RT de sa licence.

«Depuis toutes ces années, nous sommes sous surveillance stricte du régulateur médiatique britannique. Ofcom a moins de réclamations à nous faire que pour beaucoup d'autres médias britanniques, parce que nous essayons d'agir très soigneusement, attentivement et prudemment, sachant que nous sommes sous la loupe et que certains rêvent de nous priver de notre licence», a-t-elle souligné.

Uns sorcière - Sputnik France
Chasse au sorcières moderne: quelles sont les cibles?
Auparavant, le régulateur avait informé l'organisation autonome non-commerciale TV-Novosti, titulaire de la licence de RT, de restrictions possibles de sa diffusion à la suite de la déclaration de la Première ministre britannique Theresa May sur l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal.

Le 4 mars dernier, Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down ont reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a demandé à Londres à plusieurs reprises de lui permettre de participer à cette enquête.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала