Pourquoi la vitamine D n’est pas toujours une bonne chose

© Sputnik . Vladimir Sergeev / Aller dans la banque de photosZaryadye Park
Zaryadye Park - Sputnik Afrique
Plus peut ne signifie pas toujours mieux quand il s'agit de la vitamine D. Des scientifiques danois ont découvert que l'excès de vitamine D dans le sang était associé à un risque élevé de développer certains types de cancer.

Une nouvelle étude réalisée au Danemark affirme que des taux élevés de vitamine D dans le sang sont liés à un risque accru de développement de certains cancers et à un moindre risque pour les autres, raconte Live Science.

boisson - Sputnik Afrique
Et la boisson la plus dangereuse pour notre santé est…
Plus précisément, les chercheurs danois ont découvert que des niveaux élevés de vitamine D étaient liés à un risque accru de cancer de la peau, de la prostate et du sang, et à une diminution du risque de cancer du poumon.

Il est important de prendre en compte le fait que l'étude a établi l'association des niveaux de vitamine et la présence de la maladie, mais pas des relations de causalité.

Jusqu'à présent, la majorité des recherches sur la vitamine D et le cancer étaient centrées sur les effets induits par de faibles taux de vitamine D, a déclaré Fie Juhl Vojdeman de l'hôpital Bispebjerg Frederiksberg de Copenhague.

Une séance de chimiothérapie - Sputnik Afrique
Une nouvelle thérapie contre le cancer... le tatouage
Les personnes «ont l'impression qu'ils peuvent manger tous les [compléments en vitamine D] sans aucune inquiétude», a déclaré la scientifique au journal. «Cependant, nous ne savons pas s'il pourrait être nocif à long terme d'utiliser de fortes doses de [compléments en vitamine D] si vous n'avez pas un niveau dangereusement bas dans le sang.»

Lors de l'étude, les chercheurs ont analysé les données de plus de 200.000 personnes vivant dans la région de la capitale du Danemark. Leur taux de vitamine D a été mesuré entre avril 2004 et janvier 2010. Aucun cancer n'avait été diagnostiqué chez un des participants auparavant. Les participants ont été suivis pendant 10 ans.

Au cours de la tenue de l'étude, un cancer a été diagnostiqué chez plus de 18.000 personnes.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала