Nouvelle-Calédonie: une visite présidentielle contestée

© AFP 2022 Ludovic MARIN French president Emmanuel Macron walks down the stairs after disembarking from his plane on May 3, 2018, at the Tontouta airport in Noumea, on the French overseas territory of New Caledonia.
French president Emmanuel Macron walks down the stairs after disembarking from his plane on May 3, 2018, at the Tontouta airport in Noumea, on the French overseas territory of New Caledonia. - Sputnik France
Le président de la République est arrivé ce 3 mai en Nouvelle-Calédonie, où il entame un voyage de trois jours. C’est le premier chef de l’État à se rendre sur l’île d’Ouvéa, visite qui ne fait pas l’unanimité, alors que le «non» à l’indépendance devrait l’emporter, selon les derniers sondages.

Une visite parsemée d'actes symboliques dont Emmanuel Macron a le secret. Six mois avant le référendum sur l'indépendance et 30 ans après les violences meurtrières sur l'île d'Ouvéa, Emmanuel Macron est arrivé ce 3 mai en Nouvelle-Calédonie, pour un déplacement de trois jours.

Paris, lundi 27 mars 2018. Edouard Philippe à son arrivée à l’Hôtel Matignon en compagnie de la ministre des Outre-mer Annick Girardin et du conseiller Outre-mer Xavier Brunetiere. - Sputnik France
Référendum en Nouvelle-Calédonie: la question est enfin formulée
Samedi, il deviendra le premier chef de l'État à se rendre sur l'île d'Ouvéa, où quatre gendarmes et 19 indépendantistes ont été tués en 1988, les premiers par des indépendantistes et les seconds par les forces de sécurité, lors de violences culminant avec l'assaut de la grotte dite d'Ouvéa, où 27 gendarmes étaient retenus en otage par les indépendantistes, le 5 mai.

Pourtant, la présence présidentielle est perçue comme «un affront», pour les signataires d'une tribune qui appelle le chef d'État à «reconnaître officiellement les crimes commis à Ouvéa et à s'abstenir de toute prise de position sur le processus de décolonisation».

Une prise de parole qui n'aura pas lieu, car le président se recueillera devant la stèle sans prononcer de discours, évoquant simplement à son arrivée jeudi, «cette histoire partagée, faite d'ombre et de lumière», ces «moments importants de notre histoire commune, des moments qui ont pu être parfois douloureux» et «des moments dont nous pouvons être fiers comme les 20 ans des accords de Nouméa».

Le même jour, à Nouméa, le président remettra au gouvernement de la Nouvelle-Calédonie l'acte de 1853 de prise de possession de la Nouvelle-Calédonie par la France, avant de prononcer un discours.

Предвыборное выступление Мануэля Вальса в Париже - Sputnik France
Pour le soldat Valls, il faut sauver la Nouvelle-Calédonie française
Vendredi, Emmanuel Macron rencontrera des lycéens à Pouembout, dans la province Nord, puis des habitants et acteurs locaux d'un quartier de Nouméa réputé sensible et rencontrera les membres de la Communauté du Pacifique, organisation internationale actuellement présidée par la Nouvelle-Calédonie.

Lors de son déplacement, le Président «n'exprimera pas de position vis-à-vis du référendum» du 4 novembre. Candidat, il avait déclaré aux Nouvelles-Calédoniennes le 5 mai 2017: «La présence de la France est nécessaire pour garantir la paix. […] Pour ma part, je souhaite que la Nouvelle-Calédonie reste dans la communauté nationale», précisant qu'il respecterait le résultat du référendum.

D'après un sondage, les opposants à l'indépendance devraient sortir vainqueurs de la consultation. L'institut local I-Scope, en partenariat avec la télévision Caledonia, a publié mercredi 2 mai les résultats de son enquête: 59,7% des personnes interrogées sont contre l'indépendance, 22,5% sont pour et 17,8% ne savent pas ce qu'ils voteront.

Un résultat que les indépendantistes tentent de relativiser, ayant trouvé d'autres résultats, ainsi que le directeur de Caledonia lui-même. Cité par Le Point, Jérémie Gandin explique qu'il fallait prendre ces chiffres «avec des pincettes», la progression du «non» à l'indépendance de 5,5% «se situant dans la marge d'erreur des 5%.» Pour autant, même en tenant compte de cette marge d'erreur (-5 pour le non et + 5 pour le oui), on arriverait à 54,7 % contre 27,5 %, un écart qui semble à ce jour difficile à combler pour les partisans de l'indépendance.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала