Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Erdogan: «Les USA ont perdu leur rôle de médiateur» au Proche-Orient

© AP Photo / Alik KepliczRecep Tayyip Erdogan, presidente de Turquía, en la cumbre de la OTAN en Varsovia (archivo)
Recep Tayyip Erdogan, presidente de Turquía, en la cumbre de la OTAN en Varsovia (archivo) - Sputnik France
S'abonner
Le transfert de l'ambassade américaine en Israël de Tel Aviv à Jérusalem prive les États-Unis de leur rôle de médiateur au Proche-Orient, a déclaré lundi le Président turc en déplacement à Londres.

Tandis que la décision de Washington de transférer aujourd'hui son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem a déjà provoqué une vague de troubles à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, Recep Tayyip Erdogan s'est exprimé catégoriquement sur le rôle que tiennent les États-Unis au Proche-Orient.

«En entreprenant leur récente démarche [transfert de l'ambassade, ndrl], les États-Unis ont décidé de faire partie du problème, pas de la solution, et ont perdu leur rôle de médiateur dans le processus du règlement pacifique au Proche-Orient», a martelé le Président turc lundi lors d'une intervention devant le think tank britannique Chatham House.

M.Erdogan a condamné encore une fois cette décision «regrettable» du Président américain qui va à contre-courant «du droit international et des résolutions de l'Onu» et a souligné qu'elle «causera davantage de tensions et jettera encore plus d'huile sur le feu qui brûle entre les deux communautés».

Selon lui, la communauté internationale doit faire tout son possible pour «endiguer l'agression croissante d'Israël».

«La mise en place d'un État palestinien indépendant avec comme capitale Jérusalem est le seul moyen d'établir une paix durable et stable», a conclu M.Erdogan.

Des manifestants avec un drapeau palestinien, le 14 mai 2018 - Sputnik France
Gaza: la Palestine accuse Israël de commettre un «horrible massacre»
Le gouvernement américain envisage d'ouvrir l'ambassade des États-Unis à Jérusalem le 14 mai, jour du 70e anniversaire de la proclamation de l'État d'Israël. De violents heurts ont éclaté dans la matinée de lundi le long de la frontière avec la bande de Gaza où une quarantaine de Palestiniens ont été tués par des soldats israéliens.

En décembre 2017, Donald Trump ne s'est pas inscrit dans la ligne de ses prédécesseurs, en reconnaissant Jérusalem comme capitale de l'État hébreu. Dans la foulée des États-Unis, plusieurs pays d'Amérique latine ont annoncé eux aussi le transfert de leurs missions diplomatiques.

Des 193 pays composant l'Assemblée générale de l'Onu, 128 ont voté fin décembre une résolution condamnant la décision américaine, dont des alliés des États-Unis comme la France et le Royaume-Uni. Seuls sept pays se sont alignés sur la décision de Washington.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала