«Aux États-Unis, c’est Hollywood qui fait le récit national»

Le Désordre mondial avec Rachel Marsden
Le Désordre mondial avec Rachel Marsden - Sputnik France
Quels sont les liens entre la machine Hollywood et le pouvoir américain? Quel récit national entretient le cinéma aux États-Unis? Comment Hollywood fabrique-t-elle l’ennemi? Pierre Conesa, l’auteur de Hollywar: Hollywood, arme de propagande massive, est l’invité de Rachel Marsden.

Argo, Autant en emporte le vent, Top Gun, Rambo…. Quatre productions hollywoodiennes qui ont chacune à leur époque, développé une vision de l'Amérique et participé à la construction de l'ennemi. Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire du Ministère de la Défense, est l'auteur de l'ouvrage, Hollywar: Hollywood, arme de propagande massive, paru au mois de mai chez Robert Laffont. Il nous en parle dans le Désordre Mondial.

Retrouvez l'émission en vidéo sur YouTube

Comment en être arrivé à écrire un ouvrage sur Hollywood comme vecteur de propagande? Pierre Conesa confie toujours être étonné et frappé aux États-Unis «par la multiplicité des drapeaux américains partout, sur le barbecue, sur la voiture, sur le toit de la maison». Mais plus encore, sur l'histoire des États-Unis:

«Comment on peut être si fier d'une identité nationale qui a quand même été esclavagiste, qui a été ségrégationniste jusqu'aux années 60, qui est encore raciste aujourd'hui, la preuve le mouvement Black Lives Matter, qui est finalement génocidaire à l'égard des Indiens et qui encore reste impérialiste?»

L'ancien haut fonctionnaire du Ministère de la Défense déclare ainsi:

«Aux États-Unis, c'est Hollywood qui fait le récit national»

Le Désordre mondial avec Rachel Marsden - Sputnik France
Djihadisme: «nous avons affaire à des gens qui n’appartiennent pas à des réseaux»
Pierre Conesa nuance son propos, déclarant qu'il existe beaucoup de films américains qui s'érigent en critique du système. Pourtant, des films comme Rambo participent à façonner l'opinion publique:

«Ce ne sont pas les bons films qui font l'opinion, ce sont les mauvais, la masse des mauvais films qui fait l'opinion américaine […] Ce sont ces films-là qui ont bercé tous les Américains pour les rendre si fers d'appartenir à cette nation, qui a quand même un passé qui est lourd.» 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала