Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La guerre commerciale USA-Chine évitée, Pékin remporte la manche

© AFP 2021 Wang ZhaoPékin
Pékin - Sputnik France
S'abonner
C'est un cas rare: le document a bientôt une semaine, mais les débats autour de lui continuent – que signifie ce mystérieux papier et qui a gagné la guerre commerciale, les Etats-Unis ou la Chine? Mais en fin de compte le consensus international s'est établi.

Voici un intitulé typique du Washington Post: «Les négociations avec la Chine étaient menées par des amateurs». Et pas du tout des professionnels. Des amateurs du côté américain, bien sûr; c'était tout le contraire de l'autre côté.

Kim Jong Un et Xi Jingping - Sputnik France
Se peut-il que Pékin accorde une aide économique à Pyongyang avant les USA?
Il est question de la déclaration des USA et de la Chine rendue publique vendredi dernier annonçant qu'il n'y aura pas de guerre commerciale entre ces deux plus grandes puissances du monde. Tel est le résultat du dernier cycle des négociations à Washington où s'est rendu le vice-Premier ministre chinois Liu He.

Or rappelons que tout a commencé quand les Etats-Unis ont menacé de décréter des taxes douanières et d'autres restrictions sur les importations chinoises d'acier et d'aluminium, avant de s'attaquer aux hautes technologies. Les Chinois ont réagi en adoptant des sanctions contre les produits agricoles américains: la viande et les fèves de soja. Les chiffres atteignent des centaines de milliards de dollars. Toutefois, seules les menaces ont été proférées: «si vous adoptez des taxes sur ce produit, nous adopterons des taxes sur celui-ci».

Les marchés commerciaux et boursiers ont été secoués. Avant tout parce qu'il était clair qu'il ne s'agit pas d'un banal litige, la situation est désespérée pour les USA. Le commerce américain avec la Chine s'est soldé l'an dernier par un déficit de 375 milliards de dollars, selon les USA, et de 276 milliards, d'après la Chine. L'Amérique est perdante dans le commerce avec plusieurs pays, mais la Chine est en tête.

Téhéran - Sputnik France
Pékin se dit prêt à coopérer avec Moscou sur l’Iran
Il est question de l'existence des USA en tant qu'économie. Les déficits dans le commerce, sans parler du déficit budgétaire, a propulsé la dette des USA jusqu'à 21.000 milliards de dollars, et le compteur continue de grimper. On ignore à quoi ressemblera l'effondrement financier du pays qui imprime des dollars et seulement pour cette raison existe encore. Tout comme on ignore quand cela arrivera. Par conséquent, l'attaque de taxes d'une puissance contre l'autre n'a pas eu lieu à cause du mauvais caractère du Président américain, mais pour des raisons parfaitement logiques.

Et voici que nous lisons dans cette déclaration que tout est derrière nous. La guerre commerciale n'aura pas lieu, les négociations continuent. Ce qui est normal: les deux pays seraient à tel point touchés par les mesures avec lesquelles ils se menaçaient il y a quelques mois qu'ils sont tous les deux effrayés. Certes ils continueront de faire la même chose — se battre, discuter et marchander, mais sans le fanatisme initial.

Alors qui a gagné en fin de compte? D'un côté, l'Amérique a attaqué avant de se rétracter. Donc la Chine a tenu le coup. D'un autre côté, cette fameuse déclaration signée à l'issue de la visite de Liu He stipule: la Chine accepte d'augmenter fortement les importations des USA. En particulier, les importations des hydrocarbures et des produits agricoles. Un chiffre de 200 milliards de dollars par an a été mentionné, puis démenti. Et puisque la Chine est «d'accord», c'est elle qui a reculé, et pas les Etats-Unis.

Les bourses disent que les deux camps sont gagnants. Tous les indices ont affiché une hausse aux USA — Dow Jones et Nasdaq. En Chine a commencé un nouveau boum boursier, les analystes reconnaissent qu'aujourd'hui aucun investisseur ne peut ignorer cette réalité.

Chinese Foreign Minister Wang Yi, right, and Iranian Foreign Minister Mohammad Javad Zarif, left, attend a bilateral meeting Tuesday, Sept. 15, 2015 in Beijing, China - Sputnik France
La Chine sait comment contourner les sanctions US anti-iraniennes
Mais c'est aujourd'hui. Et la partie la plus importante des événements concerne l'avenir, c'est-à-dire le facteur temps. Imaginons que la Chine et les USA mettent en application les intentions annoncées en termes généraux dans leur déclaration conjointe. Mais combien d'années faudra-t-il pour cela et qu'arrivera-t-il au cours de ces années à la Chine et aux USA? Autrement dit, l'Amérique aura-t-elle le temps d'échapper à la catastrophe financière? Alors que l'économie chinoise à l'issue du dernier cycle de négociations ne risque rien (pour l'instant) et le pays n'est pas accablé de dette ou de déficit à une échelle comparable aux USA.

La partie centrale de la confrontation entre les deux géants concernait le high-tech chinois et la propriété intellectuelle pour ces produits. Dans ce sens les parties ont prôné le «renforcement de la coopération» (il faut utiliser ce genre de phrases quand on n'a rien à dire). De plus, la Chine a promis d'adopter de nouvelles lois dans ce secteur. Mais le fait est que depuis des mois Pékin élaborait déjà ces lois parce que c'est la Chine qui en a besoin avant tout.

Sans oublier qu'au début de la bataille Donald Trump exigeait la suppression du soutien gouvernemental chinois des productions de hautes technologies. Autrement dit, il suggérait ouvertement à Pékin de renoncer au domaine clé de sa stratégie pour des années d'avance. La déclaration finale ne le mentionne pas. Et les experts l'ont remarqué également.

En ce qui concerne les «concessions» de la Chine en termes d'achats chinois de marchandises américaines: ce ne sont pas des concessions. Les plans du développement national du pays prévoyaient une augmentation des importations quoi qu'il en soit, tous les documents officiels en parlaient depuis plus d'un an.

Et il est à noter surtout ce que Liu He a déclaré à son retour à Pékin. En fait, la politique chinoise et mondiale s'est manifestement dotée d'une nouvelle célébrité: le visage du négociateur intrépide Liu est maintenant reconnaissable dans le monde entier. Sur le sol natal il avait le même air qu'à Washington — bienveillant, dépourvu d'émotions et même déçu par tous les problèmes qui se sont abattus avant tout sur l'Amérique.

Chine - Sputnik France
Pékin réaffirme sa position sur la question du Sahara occidental
Sa principale idée était qu'en se mettant d'accord que la bagarre de taxes n'est pas la bonne méthode les parties ont décidé à présent d'entamer les négociations (seulement les négociations) sur le redressement de l'équilibre commercial sérieusement. Mais il faudra parler pendant très longtemps. Par exemple, sur le fait que la Chine se transforme non seulement en plus grand marché mondial de consommation, mais également en une plateforme très concurrentielle. Tout le monde veut vendre quelque chose à la Chine, y compris des produits agricoles. Comment faire en sorte que de tels produits des USA satisfassent le consommateur chinois et s'imposent par rapport aux autres sur le plan tarifaire? Comme toujours: une commission sera créée et des négociateurs américains partiront à Pékin…

De plus, Liu He, brièvement mais clairement, a déclaré que le problème du déficit commercial américain était un problème pour toute l'économie des USA et que l'Amérique devrait beaucoup faire pour remédier au déséquilibre de son commerce dans l'ensemble. Difficile à dire combien de temps cela prendra.

«Les USA veulent que la Chine aide l'Amérique à réduire son déficit par la méthode d'économie planifiée. La Chine veut obtenir la même chose par les moyens de marché», ironise le journal chinois Global Times. Et d'ajouter: par exemple, pour que les entreprises chinoises puissent choisir et acheter les marchandises américaines les USA devront ouvrir plus largement leur marché intérieur aux compagnies chinoises. Ce qui prendra également du temps.

En ce qui concerne l'idée personnelle de Trump de faire des USA un fournisseur de gaz pour tout le monde exprimée durant ces négociations, il suffit de regarder les évaluations des besoins de la Chine en hydrocarbures pour des années d'avance pour comprendre que rien ne menace les exportations russes. Le marché chinois suffira pour tout le monde. Mais les Etats-Unis devront construire en Chine une immense infrastructure pour recevoir leur gaz, ce ne prendra pas des mois, mais des années.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала