Ministre serbe de l’Énergie: Belgrade «met de grands espoirs dans le Turkish Stream»

© AP Photo / Selcan HacaogluTurkish Stream
Turkish Stream - Sputnik France
Vu son actuelle croissance économique, la Serbie souhaite augmenter ses importations de gaz russe, notamment via le gazoduc Turkish Stream. Le ministre serbe de l’Énergie Aleksandar Antic a parlé à Sputnik des négociations avec son homologue russe Alexandre Novak en marge du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF).

La coopération entre les compagnies énergétiques russes et serbes a atteint un très haut niveau, et le marché du gaz en Serbie ne cesse d'augmenter, a indiqué Aleksandar Antic dans un entretien accordé à Sputnik.

Aleksandar Vucic (archives) - Sputnik France
La Serbie souhaite acheter du gaz russe via le Turkish Stream

«Au premier trimestre [de l'année en cours, ndlr], le PIB a augmenté de 4,5% et ce, grâce avant tout à l'intensification des activités économiques. Comme résultat, les livraisons de gaz russe ont augmenté de 6% par rapport à la même période de l'année précédente. Cela nous incite à réfléchir à des livraisons supplémentaires de gaz en Serbie», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que les négociations avec la direction des sociétés russes Gazprom et Gazpromneft avaient débouché sur des résultats concrets.

Une installation gazière en Turquie - Sputnik France
Le gazoduc Turkish Stream pourrait bifurquer vers la Serbie

«Nos rencontres se sont très bien déroulées, en donnant une nouvelle impulsion à l'aboutissement des projets en cours de réalisation. […] Nous avons également évoqué l'état de notre réseau de transport de gaz, y compris des possibilités pour le prolonger de la Bulgarie en Serbie», a confié M.Antic à Sputnik.

Selon ce dernier, la Serbie examine et étudie cette question avec la Bulgarie et la Hongrie.

Aleksandar Vucic - Sputnik France
Belgrade s’attend à ce que le 2e pipeline Turkish Stream traverse la Serbie

«La Serbie est très intéressée à devenir un pays de transit de gaz et met de grands espoirs dans le Turkish Stream», a résumé le ministre.

La Russie et la Turquie ont décidé de construire le gazoduc Turkish Stream suite à la décision russe d'abandonner le projet South Stream provoquée par la position hostile de l'Union européenne. L'accord prévoit la construction de deux conduites d'une capacité de 15,75 milliards de m3 chacune. Le gazoduc Turkish Stream doit relier la Russie à la partie européenne de la Turquie et à la frontière grecque par le fond de la mer Noire. Le but en est d'alimenter en gaz le marché turc et ceux des pays d'Europe du Sud et du Sud-Est.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала