Ce qui cloche avec l’interdiction des portables dans les écoles françaises

A partir de la rentrée 2018, les élèves français auront interdiction d'utiliser leurs téléphones portables à l'école. Mais comment cette disposition sera-t-elle mise en pratique et réussira-t-on à la faire réellement appliquer?

Tandis que le projet de loi du ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer prévoyant l'interdiction des téléphones portables à l'école était examiné ce mardi par la commission des affaires culturelles et de l'éducation de l'Assemblée nationale, le portail The Local a analysé comment cette loi, si elle était votée, pourrait changer le quotidien scolaire.

portable - Sputnik France
Êtes-vous déjà esclave de votre portable? Ces signes en disent long
D'après le texte du projet de loi, «l'utilisation d'un téléphone mobile par un élève est interdite dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges», à l'exception des lieux et des conditions autorisés «expressément» par les règles intérieures.

En pratique, plusieurs questions doivent encore être résolues pour que l'interdiction puisse fonctionner. En guise d'exemple, il faut déterminer où les enfants doivent laisser leurs téléphones pendant les cours: la possibilité de leur octroyer des coffres spéciaux à ces fins a déjà été envisagée, mais l'option requiert un financement supplémentaire, ainsi que davantage d'espace libre dans les écoles.

Nursery school pupils work with iPads on March 3, 2014 in Stockholm - Sputnik France
Fête de la désobéissance: une école suédoise interdit les devoirs et les contrôles
Une autre proposition est celle d'une sorte d'étui gardé par l'enseignant dans la classe. Il existe également une option plus radicale: celle d'interdire tout simplement d'apporter les portables à l'école.

Le ministre de l'Éducation a pour sa part souligné qu'«on laissera aux collèges le soin de choisir entre plusieurs modalités d'interdiction qui vont de la plus souple à la plus dure».

En ce qui concerne la sanction pour infraction au règlement adoptée dans tel ou tel collège, la plupart des écoles pratiquent déjà une confiscation des téléphones et demandent que leurs parents viennent les chercher dans l'établissement.

Les parents pour leur part se sont interrogés pour savoir comment le projet de loi sera en réalité mis en œuvre:

«Nous nous posons des questions sur la faisabilité de cette mesure», a affirmé le président de la Peep (Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public), Gérard Pommier.

New smartphones, iPhone 8 and iPhone 8 Plus, on sale at the GUM shopping center - Sputnik France
Un des moyens les plus rapides pour pirater un smartphone découvert
Selon lui, c'est surtout le stockage des téléphones portables qui est «un problème de logistique effroyable»: «Imaginons un établissement de 500 élèves: où stockera-t-on les téléphones, et comment s'assurer que chaque élève va retrouver son smartphone à la fin du cours? D'un point de vue de locaux, de personnel pour encadrer, ce n'est pas possible», a poursuivi M.Pommier, craignant qu'une telle interdiction puisse provoquer «des tensions dans les établissements et des soucis de comportement» entre les élèves.

Globalement, les associations d'enseignants s'accordent sur le fait que les portables, et plus précisément l'échange de messages, les notifications sonores et la navigation sur le Web, perturbent les cours. De surcroît, les portables sont un motif de plus de harcèlement entre élèves à propos duquel ils peuvent facilement échanger sur les réseaux sociaux.

Cependant, bien que les téléphones soient dans les faits déjà bannis des salles de classe, cette interdiction s'avère être régulièrement bafouée, reconnaissent les écoliers.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала