Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La baudruche Skripal se dégonfle sous nos yeux, selon Lavrov

© Sputnik . Maksim Blinov / Aller dans la banque de photosSergueï Lavrov
Sergueï Lavrov - Sputnik France
S'abonner
Faute de preuves de la culpabilité de la Russie, l’affaire Skripal s’effondre sous nos yeux ce qui n’empêche pas certains pays de recourir au même schéma à d’autres propos, selon le ministre russe des Affaires étrangères lors d’un déplacement à Minsk.

L'absence de preuves contre la Russie dans l'affaire Skripal la fait voler en éclats, a estimé Sergueï Lavrov.

Selon lui, certains pays occidentaux, «une minorité relative», s'occupent de spéculations et abusent du principe de solidarité en cherchant à faire dévier de leur voie les pays s'en tenant à des positions constructives et à les pousser vers une politique de confrontation avec la Russie.

«Un bon exemple en ce sens est fourni par l'affaire Skripal qui s'effondre en l'absence d'aucune preuve ni d'aucune confirmation, mais malheureusement (certains pays, ndlr) tentent de reproduire le même schéma à d'autres propos», a déclaré Sergueï Lavrov à Minsk.

Military personnel dig near the area where Russian agent Sergei Skripal and his daughter Yulia were found on a park bench, in Salisbury, England, Tuesday April 24, 2018 - Sputnik France
Poutine sur l’affaire Skripal: les spéculations mènent à l’aggravation des relations
Le 4 mars dernier, l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille avaient été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury en Angleterre. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down avaient reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a à plusieurs reprises demandé à Londres de lui permettre de participer à cette enquête.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала