Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Pourquoi la baisse des réserves de change algériennes se poursuit à un rythme accéléré

S'abonner
Le volume des réserves de change de l’Algérie continue de s’effondrer. Selon le Premier ministre de ce pays, il a déjà baissé de plus de 7 milliards de dollars depuis le début de l’année, en premier lieu en raison du déficit commercial actuel.

À la fin du mois de mai, les réserves de change de l'Algérie s'établissaient à 90 milliards de dollars et devraient baisser jusqu'à 85 milliards d'ici à la fin de l'année en cours, en raison des importations des biens et services, a indiqué le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia.

Alger - Sputnik France
Endettement extérieur: l’Algérie répond catégoriquement au FMI
Le volume des réserves de change algériennes a diminué 7,3 milliards de dollars en 5 mois, soit une perte d'environ 1,5 milliard de dollars par mois depuis le début de l'année.

D'après le site d'actualités TSA, la baisse s'explique en premier lieu par le déficit commercial actuel et celui des échanges de services.

A la fin de l'année 2017, l'Algérie, réticente à s'endetter sur le marché international, a autorisé pendant les cinq prochaines années le Trésor à emprunter directement à la Banque centrale pour financer le déficit public, une mesure porteuse de risques inflationnistes selon certains experts.

Le FMI estime «possible de mener un assainissement progressif des finances publiques dès 2018 sans recourir au financement par la banque centrale, mais en s'appuyant sur une variété de mécanismes de financement, dont l'emprunt extérieur pour financer des projets d'investissement sélectionnés avec soin».

Le roi du Maroc Mohammed VI - Sputnik France
Message de Mohammed VI à Bouteflika: fin de crise en vue entre le Maroc et l'Algérie?
Il préconise parallèlement une «dépréciation progressive» du dinar algérien et des mesures pour éliminer le marché parallèle des changes.

Si la politique de financement monétaire du déficit était poursuivie malgré son avis défavorable, les administrateurs du Fonds recommandent «la mise en place de garde-fous, notamment des plafonds de durée et de volume».

Les autorités algériennes doivent «se tenir prêtes à durcir la politique monétaire si des tensions inflationnistes se manifestent», selon le Fonds.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала