Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Damas: les USA mènent une «agression ouverte sur le sol syrien»

© Sputnik . Mikhail VoskresenskySituation in Damaskus
Situation in Damaskus - Sputnik France
S'abonner
Refusant de reconnaître que ses projets en Syrie sont un échec, Washington poursuit sa politique agressive dans ce pays et, dans ce but, a recours à de nouvelles manipulations, estime l’ambassadeur de ce pays proche-oriental auprès de l’OIAC.

Les États-Unis mènent une campagne agressive contre la Syrie, a déclaré mardi à La Haye le représentant permanant de la Syrie auprès de l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) Bassam Sabbagh.

«Les États-Unis essaient d’agir en dehors du cadre du droit international, ils mènent une agression ouverte contre la Syrie et ce sur le sol syrien. Ils ont agi ainsi en avril 2017, puis en avril 2018, engageant une agression tripartite contre la Syrie conjointement avec la France et le Royaume-Uni», a déclaré le diplomate, intervenant lors d’une session de la conférence des pays membres de la Convention sur l’interdiction d’armes chimiques (CIAC).

Et d’ajouter que cette dernière agression était basée sur de fausses allégations non basées sur les résultats d’une enquête.

«Parallèlement, les États-Unis ont poussé la France à lancer l’initiative qui permette de contourner les organismes internationaux existantes, poussé la France à créer des mécanismes non objectifs et préconçus», a ajouté M.Sabbagh.

Il explique que lorsque les États-Unis ont réalisé qu’ils ne pourraient pas bénéficier du soutien nécessaire, ils ont eu recours à de nouvelles manipulations et à une interprétation incorrecte de la CIAC.

Le siège de l'OIAC à La Haye - Sputnik France
Moscou: l’Occident évite d’expliquer les raisons de ses frappes de missiles sur la Syrie
«Les États-Unis refusent de reconnaître que leur projet en Syrie a connu un échec. Ils poursuivent une campagne agressive contre la Syrie et exercent des pressions politiques et économiques afin d’imposer leurs position aux autres pays», a-t-il conclu.

Rappelons qu’après la provocation aux substances chimiques perpétrée le 4 avril dans la ville syrienne de Douma (Ghouta orientale), les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont mené des frappes de missiles sur des sites syriens et ce sans attendre que l’enquête de l’OIAC soit menée, c’est-à-dire sans disposer d’aucune preuve tangible de la responsabilité de Damas. Dans leurs conclusions, ces pays se sont appuyés sur des vidéos publiées sur des sites et réseaux sociaux loyaux à l’opposition armée.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала