Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Qui est ce haut responsable qui a demandé deux F-16 d'escorte pour arriver en Belgique?

© AP Photo / Geert Vanden WijngaertDes chasseurs F-16 belges (archives)
Des chasseurs F-16 belges (archives) - Sputnik France
S'abonner
Un avion de ligné accompagné par deux chasseurs F-16 a été remarqué ce mercredi dans le ciel non loin de Bruxelles par des dizaines de personnes qui l'ont tout de suite fait savoir aux médias locaux. Qui était cette haute personnalité politique qui a eu besoin d'une telle escorte et combien d'argent cela a coûté aux contribuables belges?

Un spectacle peu ordinaire a été observé cette après-midi par les habitants de la région bruxelloise qui ont vu dans le ciel deux chasseurs F-16 à côté d'un avion de ligne qui se dirigeait vers l'aéroport de Bruxelles, écrit RTL.

Il s'est avéré que la personnalité qui a demandé l'escorte était le gouverneur-général d'Australie, Peter Cosgrove, arrivé en Belgique en visite officielle de trois jours. En fait, le Twitter de l'aéroport avait annoncé le matin un vol à statut diplomatique qui serait escorté. L'aéroport n'avait pour autant pas précisé que ce serait M.Cosgove.

Un Il-20 - Sputnik France
L’Otan escorte des avions militaires russes dans le ciel balte. Y a-t-il une menace?
​Répondant à la question de savoir si l'escorte était nécessaire, Philippe Touwaide, médiateur de Brussels Airport, a expliqué à RTL que le protocole belge prévoyait cette option pour toutes les visites similaires, pourtant les chefs d'État et de gouvernement la déclinaient ces dernières années.

«Beaucoup n'en veulent pas. La dernière fois que ça s'est produit, c'était lors de la visite du Président portugais, il y a six ou huit ans», a-t-il indiqué avant d'ajouter que même Trump ne demandait pas les F-16.

​Quant aux frais que l'escorte en question a pu représenter pour la Belgique, un représentant de la défense belge s'est dit ignorer le prix exact d'un vol de F-16. Il a seulement expliqué que pour garder son autorisation à voler, les pilotes des chasseurs devaient effectuer un certain nombre d'heures de vol et que les deux chasseurs étaient toujours prêts à décoller au cas où il y aurait un incident dans l'espace aérien belge.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала