«L'Espagne perd à la roulette russe»: le goût de la défaite dans la presse espagnole

© Sputnik . Vladinir Pesnya / Aller dans la banque de photosSergio Ramos, España, tras su gol a Rusia
Sergio Ramos, España, tras su gol a Rusia - Sputnik France
Après cette victoire russe inattendue et donc historique, les médias espagnols ne peuvent pas rester muets. Bref aperçu des premiers titres commentant le jeu des deux équipes qui a tenu le public en haleine jusqu'à la dernière seconde.

La sélection russe de football est parvenue à s'imposer face à la Furia Roja en huitièmes de finale du Mondial. Le roi d'Espagne Philippe VI a félicité le Président russe pour ce résultat. Déçu, le sélectionneur de l'équipe espagnole Fernando Hierro a endossé la responsabilité de cette défaite.

Russie - Espagne - Sputnik France
Historique: la Russie bat l'Espagne aux tirs au but et accède aux quarts de finale
La presse espagnole y a trouvé une «Défaite avec une majuscule», comme La Marca, tandis que le capitaine Sergio Ramos a déclaré aux journalistes que la défaite infligée par les Russes en huitième de finale de la Coupe du Monde était un «deuil national» pour l'Espagne.

Le sentiment de décadence se renforce sur les pages d'El Pais où l'on peut lire qu'«On a fait reculer l'Espagne de 10 ans» et d'El Mundo qui titre: «L'Espagne a perdu à la roulette russe».

Malgré tout, la voix triste mais combative d'El Mundo se fait entendre et cite «Sergio Ramos, en larmes: "L'équipe a joué de son mieux, je suis fier d'eux comme capitaine"».

Cristiano Ronaldo et Lionel Messi  - Sputnik France
Le retour au pays pour Messi et Ronaldo met le feu à Twitter
En même temps, La Marca titre «Duel Espagne-Russie: on va voir si quelqu'un va aider Isco à l'emporter au Mondial au Qatar». L'AS constate avec un jeu de mots «Un nouveau fiasco mondial» et l'ABC cite Fernando Hierro en désarroi disant que «Si quelqu'un est à blâmer, c'est moi».

Finalement, la Vanaguardia espère tout de même, avec Sergio Ramos, que «Ce n'est pas la fin de la génération», puis cite également Fernando Hierro: «C'est, ou ça a été un honneur pour moi d'entraîner les gars».

Le Premier ministre Pedro Sánchez et le roi d'Espagne ont soutenu l'équipe nationale de football de leur pays, après que la sélection russe est parvenue à s'imposer face à elle aux tirs au but (1-1 (3-4 tab)) en huitièmes de finale du Mondial.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала