«Gloire à l’Ukraine!»: un footballeur croate risque la suspension (vidéo)

© Sputnik . Grigory Sysoev / Aller dans la banque de photosCroatian defender Domagoj Vida during the Russia vs Croatia match in Sochi on July 7
Croatian defender Domagoj Vida during the Russia vs Croatia match in Sochi on July 7 - Sputnik France
Après un intense match de quart de finale entre la Croatie et la Russie, qui s’est terminé aux tirs au but, le défenseur croate Domagoj Vida a filmé une courte vidéo en dédiant la victoire de son équipe à l'Ukraine avec la phrase «Gloire à l’Ukraine!». Toutefois, la Fifa a peu apprécié ce geste et a ouvert une enquête contre le joueur.

Le footballeur croate Domagoj Vida, qui a marqué le deuxième but à la 101e minute du match Russie-Croatie, a filmé une vidéo controversée de neuf secondes, dans laquelle il crie «Gloire à l'Ukraine!», une phrase qui a gagné en notoriété en tant que slogan antirusse des nationalistes ukrainiens pendant et après le coup d'État de 2014 dans le pays.

Sur la séquence, l'ancien international croate Ognjen Vukojević, à côté de Vida, déclare: «C'est une victoire pour le Dynamo [Kiev] et pour l'Ukraine.»

match Russie-Croatie - Sputnik France
Que la Russie «soit fière de nous»: quand les émotions débordent après le match
Le message a ensuite été supprimé de la page Instagram de Vukojević, mais il était trop tard: la vidéo avait été partagée sur de nombreux comptes des réseaux sociaux.

La vidéo a attiré attention de la Fifa, qui peut imposer au joueur une sanction conformément au code disciplinaire de ses compétitions.

Selon le code disciplinaire de la Fédération internationale, les messages à caractère politique peuvent coûter à un footballeur deux matchs de suspension assortis d'une amende de 5.000 francs suisses (environ 4.300 euros).

Vida a déclaré plus tard à Sports.ru qu'il ne s'agissait pas d'un message politique mais que c'était une «blague».

«Cette victoire est pour la Croatie. Pas de politique. C'est une blague. J'ai des amis là-bas depuis le Dynamo Kiev [dont il a porté les couleurs entre 2013 et 2017, ndlr.], je ne voulais rien dire d'autre. Je ne veux pas attirer la politique dans le sport. J'aime les Russes, j'aime les Ukrainiens, j'aime les Brésiliens, j'aime tout le monde», a-t-il déclaré.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала